02 août 2007 18:39; Act: 02.08.2007 18:43 Print

Fisher-Price rappelle 1,5 million de jouets fabriqués en Chine

Ces produits sont suspectés de contenir des peintures toxiques à base de plomb. En Suisse, seuls six exemplaires sont concernés.

Une faute?

Les quelque 80 articles concernés comprennent notamment les personnages à succès de la série Sesame Street. Ils ont été fabriqués par un sous-traitant chinois qui a employé un pigment contenant du plomb au-delà des normes permises, a expliqué Mattel mercredi, sans donner aucune précision sur l'entreprise incriminée.

Mattel demande aux consommateurs et revendeurs américains de renvoyer 967 000 jouets et rappelle également 533 000 jouets vendus au Mexique, au Canada et en Grande-Bretagne. «Nous présentons nos excuses à tous ceux qui ont été affectés par ce rappel» a déclaré dans le communiqué le patron de Mattel, Robert A. Eckert.

Le groupe précise «travailler avec les distributeurs à travers le monde pour que les produits affectés soient identifiés, pour qu'ils soient retirés des points de vente, pour intercepter les livraisons en cours et pour empêcher qu'elles ne soient vendues.»

La procédure de rappel a été lancée en coopération avec la Commission américaine de protection des consommateurs et avec «d'autres agences de régulation à travers le monde». La Commission américaine a averti que «les consommateurs devraient immédiatement retirer les jouets aux enfants et contacter Fisher-Price».

Six exemplaires en Suisse

En Suisse, un seul produit est concerné, l'»Ecurie Dora», a indiqué Mattel Suisse. Six pièces défectueuses ont été livrées à deux magasins en Suisse romande, qui ont été informés. Deux pièces défectueuses ont été retirées chez un des deux. Dans l'autre magasin, 13 exemplaires de ce modèle ont été retirés et sont examinés pour déterminer si les six autres pièces défectueuses en font partie.

Une série de scandales ont déjà entaché la réputation des produits «Made in China» ces dernières semaines. En juin déjà, 1,5 million de petits trains en bois fabriqués en Chine avaient été rappelés aux Etats-Unis par leur importateur, le groupe RC2 Corp. Les jouets étaient également soupçonnés d'être recouverts avec une peinture contenant du plomb, substance dangereuse pour la santé.

Plusieurs affaires

D'autres affaires ont défrayé la chronique récemment: des dentifrices soupçonnés de contenir un produit extrêmement nocif servant notamment dans les antigels, des poissons d'élevage et crevettes contenant des substances pharmaceutiques non autorisées, ou encore de la nourriture animale contaminée qui a tué des milliers de chiens et de chats aux Etats-Unis.

Jeudi, le ministère chinois du commerce a publié sur son site internet un communiqué reprenant des propos du ministre Bo Xilai prononcés mercredi lors d'une rencontre avec le ministre mexicain de l'Economie, Eduardo Sojo, sur la qualité des produits chinois à l'exportation.

Les Chinois veulent dédramatiser

«Plus de 99% des produits exportés par la Chine sont bons et sont sûrs», avait affirmé Bo Xilai. «Nous espérons que les parties concernées considéreront les produits chinois avec objectivité, en étant justes et raisonnables. Cela ne devrait pas avoir de conséquences pour le développement normal du commerce.»

La semaine dernière, le Premier ministre chinois Wen Jiabao s'était prononcé pour un durcissement des amendes envers ceux qui mettent en péril la sécurité alimentaire. Des responsables cités par la presse ont aussi annoncé un renforcement des contrôles de qualité des jouets fabriqués en Chine.

Pour Kent Kedl, un consultant basé à Shanghai, la Chine reste incontournable comme base de production pour les multinationales. «Elles seront plus prudentes, elles réexamineront le coût de leurs activités mais, non, elles ne quitteront pas la Chine», selon lui.

(ats)