Affaire Bettencourt

12 décembre 2011 18:40; Act: 12.12.2011 19:01 Print

François-Marie Banier interpellé

Le photographe François-Marie Banier, soupçonné d'abus de faiblesse sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a été arrêté lundi à Paris pour être interrogé par des juges d'instruction

Sur ce sujet
Une faute?

Le compagnon du photographe, Martin d'Orgeval, a également été appréhendé.

Tous deux devaient être interrogés sur les faits qui sont à l'origine de la saga judiciaire concernant la milliardaire de 89 ans, placée sous la tutelle de sa fille en octobre dernier.

François-Marie Banier avait été accusé de tirer parti de la faiblesse psychologique de Liliane Bettencourt pour obtenir d'elle près d'un milliard d'euros de dons sous diverses formes, entre 2002 et 2007.

400 millions conservés

Un accord signé en décembre 2010 entre Liliane Bettencourt, sa fille Françoise Meyers et François-Marie Banier avait amené le photographe à renoncer à toucher environ 600 millions d'euros d'assurances-vie.

Il a conservé environ 400 millions d'euros donnés par la milliardaire, notamment sous la forme d'un ensemble immobilier dans le VIe arrondissement de Paris.

Nouvelles poursuites ouvertes

Le 29 juin 2011, un premier volet des poursuites devant le tribunal correctionnel avait été refermé par le tribunal correctionnel de Bordeaux, suite au retrait de la plainte de Françoise Meyers.

Cependant, le parquet de Bordeaux a rouvert en septembre dernier de nouvelles poursuites pénales pour «abus de faiblesse» au préjudice de Liliane Bettencourt, à la suite d'un rapport d'expertise médicale réalisé en juin, et concluant à un état de démence de l'héritière.

Ce réquisitoire couvre la période comprise entre le mois de septembre 2006 et le mois de septembre 2011 et François-Marie Banier est donc susceptible d'être à nouveau poursuivi, puisque, selon une source dans son entourage, il a encore reçu des donations dans cette période.

Saisis après un imbroglio à Nanterre (Hauts-de-Seine) et le dessaisissement du procureur Philippe Courroye, les juges d'instruction bordelais mènent les investigations sur cet aspect et plusieurs autres volets de l'affaire, dont celui d'un possible financement politique illicite.

(ats)