France

12 septembre 2019 15:28; Act: 12.09.2019 15:31 Print

François et Penelope Fillon seront jugés début 2020

L'affaire des emplois fictifs présumés dont aurait bénéficié l'épouse de l'ex-premier ministre et qui lui a coupé les ailes dans sa course à la présidence, sera jugée dès le 24 février.

storybild

Penelope et François Fillon. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le procès de l'ancien premier ministre français François Fillon, de son ancien suppléant à l'Assemblée et de son épouse Penelope, dans l'affaire des emplois fictifs dont aurait bénéficié cette dernière, a été fixé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris. Il se tiendra du 24 février au 11 mars 2020.

Cette retentissante affaire avait stoppé net la course en tête pour la présidentielle 2017 de François Fillon, candidat de la droite parti favori dans les sondages mais finalement éliminé au premier tour. François Fillon, 65 ans, devra notamment répondre de «détournement de fonds publics» sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, «complicité et recel» de ce délit, «complicité et recel d'abus de biens sociaux». Mais aussi de «manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique».

«Détournement de fonds publics»

Penelope Fillon, rémunérée comme collaboratrice à l'Assemblée nationale quand François Fillon était député, est poursuivie pour «complicité et recel» des délits de détournement de fonds publics et d'abus de biens sociaux. Elle s'était toujours présentée comme une femme au foyer, éloignée de l'activité publique de son mari.

L'ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale, Marc Joulaud, maire de Sablé-sur-Sarthe et député européen, pour lequel Penelope Fillon a été rémunérée comme collaboratrice entre 2002 et 2007, sera jugé pour «détournement de fonds publics». Une partie des accusations, qui remontent aux années 1980, sont prescrites. Sur la seule période 1998-2013, Penelope Fillon aurait perçu plus d'un million d'euros au total.

Le couple Fillon devra aussi répondre devant le tribunal de complicité et recel d'abus de biens sociaux pour un emploi en partie fictif de Penelope Fillon à la «Revue des Deux Mondes», propriété du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, un proche de François Fillon.

(nxp/ats)