Jour férié supprimé

22 avril 2019 18:35; Act: 22.04.2019 20:09 Print

France: bosser sans être payé le lundi de Pâques?

En France, le lundi de Pâques pourrait bientôt être un jour de travail gratuit. Une députée défend l'idée afin de financer la prise en charge de la dépendance et des seniors.

storybild

Aurore Bergé, en octobre 2017. (Photo: AFP/Ludovic Marin)

Une faute?

Le lundi de Pâques, les Français devront peut-être «travailler plus pour mieux partager», écrivent nos confrères du Progrès. C'est en effet la proposition défendue par la députée Aurore Bergé (LREM) dans la presse dominicale française.

L'Etat français fait actuellement face à un manque important dans le budget alloué à la prise en charge des personnes âgées et des personnes dépendantes. Parmi les pistes explorées par le gouvernement pour améliorer cette situation: la suppression d'un jour férié, en l’occurrence le lundi de Pâques, qui serait travaillé «gratuitement».

Le changement s'effectuerait sur le même modèle que le lundi de Pentecôte, décrété «journée de solidarité» depuis 2004. Le principe est relativement simple: les employés français viennent au travail un jour férié, ce qui constitue un gain pour les entreprises. En contrepartie, ces dernières doivent verser 0,3% de leur masse salariale à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. L'État a ainsi pu récupérer 2 milliards d'euros par an depuis l'instauration de cette mesure.

«Un premier pas nécessaire»

Aurore Bergé se dit persuadée que les Français sont prêts à travailler plus, notamment pour financer la dépendance. D'autant que selon elle, «la suppression d'un jour férié est un premier pas nécessaire». Ce qui laisse entendre que d'autres pourraient suivre: «Nous avons été élus sur la promesse de la revalorisation du travail, moteur de l'émancipation individuelle. Nous n'avons pas à avoir de tabous à ce sujet,» affirme la députée LREM.


Une personne sur deux refuse de travailler plus

Néanmoins, la tâche s'annonce particulièrement ardue pour la ministre et la majorité, tant cette mesure est impopulaire au sein de l’opinion publique: selon un sondage paru ce dimanche, seuls 46% des Français sont pour «travailler plus». Encore plus frappant: seuls 14% des sondés préconisent la suppression d’un ou plusieurs jours fériés pour financer la dépendance.

La France compte actuellement onze jours fériés par an, ce qui correspond à la moyenne inférieure en Europe. En haut du classement, on trouve Chypre, la Slovaquie et la Bulgarie, avec quinze jours fériés par an. À l’inverse, le Portugal et du Royaume-Uni sont les pays qui en ont le moins (huit jours fériés par an). En Suisse, le nombre de jours fériés par an varie entre sept à quinze suivant les cantons. Seuls quatre jours fériés sont reconnus dans l'ensemble du pays: Noël, le Nouvel An, le 1er août et l'Ascension.

(lph)