Bulgarie

25 avril 2019 17:54; Act: 25.04.2019 19:15 Print

Fraudes massives aux fonds européens?

Un ex-ministre bulgare aurait détourné à son compte des dizaines de millions d'euros destinés au développement touristique.

storybild

Une photo d'Alexander Manolev sur son compte Twitter. (Photo: Twitter)

Une faute?

Un vice-ministre bulgare de l'Économie a été mis en examen jeudi pour fraude aux fonds européens. Il a été inculpé dans le cadre d'une enquête portant sur le possible détournement de dizaines de millions d'euros destinés au développement touristique.

Alexander Manolev, 42 ans, qui a démissionné de ses fonctions, est mis en cause pour l'utilisation de 200'000 euros (227'000 francs) alloués en 2015 pour le développement du tourisme rural alors qu'il était vice-ministre du Tourisme, selon le Parquet.

Villa de luxe

Cette somme a servi au financement d'une villa de luxe «utilisée exclusivement par M. Manolev et sa famille», près de la ville balnéaire de Sandanski (sud-ouest), a souligné une porte-parole, Roumiana Arnaoudova.

Cette mise en examen intervient alors que le Parquet a ouvert mercredi une enquête sur l'affectation réelle de 746 maisons d'hôtes à vocation touristique bâties de 2007 à 2013 avec 100 millions d'euros de fonds européens.

Le Parquet enquête également sur l'utilisation d'une centaine de véhicules et de yachts également acquis avec des fonds européens à des fins touristiques. Les magistrats ont «de forts doutes qu'ils aient été utilisés conformément à l'objectif déclaré», a déclaré Mme Arnaoudova.

Gouvernement ébranlé

Cette mise en cause représente un nouveau coup dur pour le gouvernement du premier ministre conservateur Boïko Borissov, déjà ébranlé par une série de scandales portant sur des achats immobiliers à bas prix par des ministres et des hauts responsables.

Longtemps donné en tête en vue des européennes de mai, le parti Gerb au pouvoir est désormais légèrement devancé par l'opposition socialiste, selon trois sondages.

Critiquée par Bruxelles pour son manque de progrès dans la lutte contre la corruption, la Bulgarie, pays le plus pauvre de l'UE, espère obtenir avant l'automne une reconnaissance de ses efforts pour ne plus faire l'objet, avec la Roumanie, d'un mécanisme de surveillance renforcée.

(nxp/ats)