Grande-Bretagne

09 mai 2012 14:36; Act: 09.05.2012 16:18 Print

Gang de violeurs sous les verrous

Neuf hommes ont été condamnés pour avoir exploité sexuellement des jeunes filles. Ils les amadouaient dans la rue et les faisaient boire avant d'abuser d'elles.

storybild

Cette photo fournie par la police montre huit des neuf condamnés. (Photo: Keystone)

Une faute?

Neuf hommes d'origines pakistanaise et afghane ont été condamnés mercredi en Grande-Bretagne à des peines de 4 à 19 ans de prison pour avoir abusé sexuellement de très jeunes filles, dont certaines avaient quitté leur famille ou vivaient dans des institutions.

Les faits se sont déroulés à Rochdale, près de Manchester (nord), en 2008 et 2009, et la révélation de cette affaire a profondément bouleversé le pays.

Cinq adolescentes, dont l'une de 13 ans a dû subir un avortement après être tombée enceinte, avaient été amadouées dans la rue par les hommes qui les faisaient boire, avant de les exploiter sexuellement.

Plusieurs hommes par jour

Les jeunes filles ont été violées et contraintes à des rapports sexuels «avec plusieurs hommes par jour, plusieurs fois par semaine», selon les témoignages présentés au tribunal de Liverpool.

Les neufs hommes âgés de 22 ans à 59 ans condamnés mercredi sont pour huit d'entre eux des Britanniques d'origine pakistanaise, le dernier étant un demandeur d'asile afghan.

La police de l'agglomération de Manchester et le ministère public ont présenté leurs excuses pour n'avoir pas agi après le premier cas rapporté par une jeune victime, en août 2008.

Un réseau tentaculaire

Selon le quotidien «The Times», ce type de réseau criminel va bien au delà de ce seul procès. Le journal affirme que 631 cas d'abus sexuels de jeunes filles ont été rapportés ces cinq dernières années, dont 187 ces dix derniers mois, sur un total de 1800 filles placées en institution en Angleterre.

Le cas a également soulevé une polémique sur l'origine ethnique des membres de ces réseaux d'exploitation sexuelle. Une vingtaine de membres de l'English Defence League ont manifesté lors du verdict.

(afp)