Côte d'Ivoire

07 mars 2011 23:34; Act: 08.03.2011 06:55 Print

Gbagbo prend le contrôle du cacao

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a décrété lundi la prise de contrôle par l'Etat de l'achat et de l'exportation de cacao, dont le pays est premier producteur mondial.

Une faute?

Une troisième localité est tombée lundi aux mains des rebelles ivoiriens dans l'ouest du pays, ont annoncé des forces loyales au président sortant Laurent Gbagbo. Celui-ci a de son côté décrété un contrôle de l'Etat sur l'industrie du cacao dont la côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

Le bras de fer qui s'éternise depuis l'élection présidentielle contestée du 28 novembre a donné lieu ces derniers jours à une nouvelle flambée de violence à Abidjan. Cette situation de blocage a également incité les rebelles du Nord soutenant Alassane Ouattara, le rival de Laurent Gbagbo, à passer à l'offensive vers le Sud.

Les forces loyalistes ont annoncé l'envoi de renforts pour tenter de reprendre l'agglomération de Toulépleu, proche de la frontière libérienne et passée dimanche sous le contrôle des rebelles.

Combats violents

Des affrontements ont éclaté dans l'Ouest ivoirien entre les forces fidèles à Laurent Gbagbo et des rebelles soutenant Alassane Ouattara, reconnu par la communauté internationale comme le chef de l'Etat librement élu.

La progression des rebelles du Nord vers le Sud a entraîné les combats les plus violents observés dans le pays depuis la guerre civile de 2002-2003, qui visait à renverser Laurent Gbagbo.

La semaine dernière, les insurgés ont pris le contrôle de deux localités plus modestes non loin de la frontière libérienne, Zouan- Hounien et Bin-Houin.

D'après l'ONU, les violences post-électorales ont fait au moins 365 morts en Côte d'Ivoire - un chiffre qui serait en réalité beaucoup plus élevé, pensent des diplomates.

Cacao

Alors que le pays s'enfonce dans la guerre civile, le président sortant a poursuivi son offensive sur le terrain économique en signant lundi un décret qui fait passer sous le contrôle du gouvernement l'achat et l'exportation du cacao, auparavant essentiellement aux mains des multinationale.

L'industrie du cacao qui représente 20% du PIB du pays est paralysée depuis l'appel lancé en janvier par Ouattara pour un arrêt temporaire des fournitures.

Face à cette situation qui se traduit par une grave crise sociale avec une flambée des prix des denrées alimentaires, les Etats-Unis ont annoncé lundi soir le déblocage d'une aide de 12,6 millions de dollars pour les réfugiés et déplacés.

(afp)