Crise politique en Italie

20 août 2019 16:06; Act: 20.08.2019 21:33 Print

Le Premier ministre Conte annonce sa démission

Devant le Sénat, le premier ministre italien a renoncé à ses fonctions mardi au terme du débat parlementaire.

storybild

Le premier ministre italien Giuseppe Conte rend son tablier. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Italie s'est retrouvée sans gouvernement et dans l'incertitude mardi soir après la démission annoncée du premier ministre Giuseppe Conte. Il a pris acte du divorce irrémédiable entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S) dont il est proche, et la Ligue (extrême droite).

A la fin d'un débat parlementaire de plus quatre heures, M. Conte a repris la parole, affirmant vouloir «faire preuve du courage qui manque à Salvini pour assumer ses responsabilités». Il a ensuite quitté le Sénat pour aller remettre sa démission au président Sergio Mattarella.

Avec la fin du gouvernement né en juin 2018, l'Italie entre dans une période de flottement dont le président Sergio Mattarella détient la clé. Il va entamer rapidement des consultations, avec le défilé attendu dans son palais du Quirinal de toute la classe politique italienne pour explorer la possibilité d'une nouvelle majorité.

Conte, de l'ombre à la lumière?

Plusieurs hypothèses se dessinent: le chef de l'Etat pourrait demander à M. Conte de rester à la tête du pays pour piloter un gouvernement de transition. Beaucoup d'observateurs estiment que le premier ministre, accueilli au Sénat par une banderole «Conte, l'Italie t'aime», sort grandi de la crise. Mardi, le chef du M5S (anti-système) Luigi di Maio, l'a qualifié de «serviteur de la Nation dont l'Italie ne peut pas se passer».

Un gouvernement «Conte bis» pourrait avancer dans l'élaboration du budget pour 2020 et éviter une hausse automatique de la TVA prévue l'an prochain, si rien n'est fait avant pour combler un trou de 23 milliards dans les caisses de l'Etat. Cela donnerait le temps au M5S de peut-être nouer avec le Parti démocrate (centre gauche) un pacte pour «un gouvernement fort et de renouvellement dans son programme», selon les termes du chef du PD Nicola Zingaretti.

L'idée d'une alliance PD-M5S est venue, par surprise, de l'ex-chef de gouvernement Matteo Renzi, toujours poids lourd du PD, qui a proposé à ses anciens ennemis du M5S une réconciliation et un gouvernement «institutionnel».

«J'espère qu'avec la défaite de Salvini, nous pourrons ouvrir une nouvelle page pour l'Italie», a déclaré M. Renzi. Il dit espérer que «l'Italie jouera un rôle plus important en Europe dans les mois à venir». «L'accord entre le M5S et le PD peut être une solution», a-t-il ajouté, en dépit des fortes inimitiés du passé car «le plus important c'est la sécurité financière de l'Italie».

Une autre piste pour M. Mattarella a été suggérée par l'ex-premier ministre et ancien président de la Commission européenne Romano Prodi, qui propose un gouvernement pro-européen baptisé «Ursula», du nom de la nouvelle présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen. M. Prodi, très écouté, imagine une alliance gauche-droite pour que l'Italie revienne au premier plan en Europe.

Discours à charge

Avant d'annoncer son départ - peut-être pour revenir bientôt -, M. Conte a lancé un virulent réquisitoire à l'adresse de Salvini. Il l'a fustigé pour avoir voulu «poursuivre ses propres intérêts et ceux de son parti» en faisant éclater la coalition formée 14 mois plus tôt avec le M5S.

«Faire voter les citoyens est l'essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable», a lancé M. Conte, à propos des pressions de son vice-premier ministre pour obtenir des élections immédiates, afin de capitaliser sur des sondages très favorables (36 à 38% des voix pour la Ligue, plus de 50% en cas d'alliance avec la droite traditionnelle).

Le professeur de droit a accusé le ministre de l'Intérieur de faire «courir de graves risques au pays». Il a notamment évoqué le danger d'une spirale négative pour la troisième économie de la zone euro et rappelé les importants rendez-vous qui attendent l'Italie, dont le choix de son commissaire européen prévu lundi.

Le chef du gouvernement a aussi dénoncé la revendication de Salvini des «pleins pouvoirs» - une expression qui rappelle l'expérience du dictateur fasciste Mussolini - se disant également «préoccupé» de voir le leader des souverainistes appeler ses partisans à «descendre dans la rue».

Dans sa réplique, Matteo Salvini a assuré qu'il «referait exactement la même chose» et s'en est pris à ses ex-alliés du M5S. «Si ce gouvernement s'interrompt, c'est à cause de ces messieurs qui disent toujours non et bloquent tout», a-t-il dit, accusant les autres élus d'«avoir peur du jugement du peuple» et d'un nouveau vote.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kev le 20.08.2019 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    2019

    C'est facile de dire Italie l'Italie l'Italie mais pendant des années l'Italie a fait entrer chez eux tous ces immigrés les a nourri les a logé mais un moment il faut dire stop il n'y a pas que l'Italie

  • Dino le 20.08.2019 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    La mémoire courte

    Pendant des années et des années, l'Italie s'est montrée généreuse avec les migrants. Elle a ouvert ses portes, donné à mangé et un bon lit chaud, mais depuis quelques mois elle dit stop, cela suffit, l'Italie ne peut pas accueillir toute l'Afrique, car à coup de bateau à 100 migrants chaque jour, on fait vite l'addition. 100 x 365 jours x 10 ans = 365 000 personnes. Si les gauchistes auraient quelques notions de mathématiques, ils comprendraient. Le résultat, toute l'Europe oublie la générosité des italiens d'hier mais l'insulte aujourd'hui. L'Italie a apprit la leçon et a de la mémoire

  • feu notre démocratie directe le 20.08.2019 17:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il était une fois la Suisse

    "Voter tous les ans est irresponsable !" On aura tout lu et tout vu... Ce Conte ne survivrait pas en Suisse où on vote 4 fois par année. Et ça marchait plutôt bien avant que nos politiques corrompus n'appliquent plus les votations populaires qui ne conviennent pas à l'UE

Les derniers commentaires

  • et j'ai RAISON ! le 21.08.2019 07:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les vers sont dans la pomme

    gouverner l'Italie est pire que la France ..l'Italie c'est un asile psychiatrique ou tout le monde étudie tout le monde décortique le moindre geste expression parole pour anticiper la pensée de l'autre et la tourner a son avantage .. c'est du byzantinisme pur .. une seule solution qui a bien marché pendent le ventennio et qui a fait faillite pour un erreur d'alliance avec l'allemagne ( attention macron) et perce que l'italie est un panier de crabe comme l'affiche de la pomme UDC le symbolise bien avec les vers .. .. la maladie des partis anti partis est chez nous aussi

  • non dimenticar che casino é sempre stat le 21.08.2019 07:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    suissse ne critiquez pas ce que vous ignorez

    en tant que ex italien .je me suis jamais occupé sa politique ni de celle de la Suisse .. je fais ma route je laisses les aboiements à la lune .je me suis nat Suisse par précaution car rentrer au bled jamais ..toujours en avant jamais en arrière ( mon credo) vu la nullité de la Tv je suis tombé sur une emission italienne de politique et depuis 2 mois je la regarde 1 h le soir .c'est de la pure commedia dell'arte .. je comprends pourquoi j'ai toujours fuit le pays ., l'hypocrisie le volte face les poignards dans le dos l'interêt personnel les mesquineries sont leur ADN alors

    • Rosalia le 21.08.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

      Povera Italia

      Rien à voir avec tout celà, ma question est ... c'est quoi un ex italien ? Moi je suis double national italo/suisse mais ne suis ex de rien du tout ! Un conseil soit fier d'être devenu Suisse et basta si seulement ils auraient su que tu as demandé ton passeport par simple précaution ...hahaha tu aurais pu courrir de l'avoir. Et on parle de l'Italie et pas d'un pays ou tu meurt avant même de vivre alors précaution... je comprends pas. Je suis accablée par tant de froideur !

    • Povera Italia le 21.08.2019 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Rosalia

      Ma chère Rosalie J'ai fait une synthèse ,maintenant j' explique : 45 ans de mariage et toujours marié avec une genevoise Passé 2/3 de ma vie ici Mes enfants nées ici . «  tu dis que je prends FROIDEMENT «  les devants . CAR si on allait divorcer.. mieux être suisse ,et en plus J'en avait droit au sésame rouge . En plus ma femme a eu le pass italien au mariage et moi naturalisé , perdu l'italien . MAIS car marié a ma femme pendent 5 ans et elle devenue italienne grâce a moi , changé la lois j'ai récupéré le pass italo Euro aussi - U gros bec italo suisse

    • Povera Italia le 21.08.2019 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Rosalia

      Un ex italien est quelqu'un qui a vécu plus hors du pays que dans son lieu de naissance si j'étais né au bon moment je serais argentin Mais suis né italien .. mon Pays est le pays ou je vit et évolue en sûreté pour y vivre et élever mes enfants .. c'est pour ce la que je n'attache aucune importance a sa suche car on peu venir au monde partout .. et mon origine est la même que cele de tout le monde donc tire les conclusionsv

  • trotro le 21.08.2019 01:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hi hi hi !

    La tronche a Salvini pendant le discours de Conte !!

  • Paul Gautier le 21.08.2019 00:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Recette française à l'italienne

    Et voilà la recette français appliquée une fois de plus: pourquoi voter pour quelqu'un quant il est plus facile d'être tous contre un seul? Donc voilà que Salvini devient le Le Pain d'Italie et tous se mettent à faire des alliances contre nature pour le bloquer (un peut comme le parti de Macron qui a accueilli des politicards de tout bord).

    • trotro le 21.08.2019 01:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Paul Gautier

      Parceque M5S et lega, c'était pas une alliance contre nature ?

  • Narcy Sic le 20.08.2019 22:45 Report dénoncer ce commentaire

    La politique des misérables

    L'extrême-droite n'a des yeux que la torture psychologique de pauvres gens appelés « requérant d'asile, afin d'accéder au pouvoir, situation qu'ils auraient eux-mêmes créé. Mais il n'y a rien de plus aberrant, plus ignoble que l'exploitation de la misère humaine à des fins électorales de ce type. Honte à l'Italie. Vous ne retenez rien de vos histoires, à part celle de la Rome antique.

    • Etienne le 21.08.2019 06:35 Report dénoncer ce commentaire

      Ah bon?

      Parce que cette immigration hors de tout contrôle c'est la faute à Salvini?

    • manipoulation le 21.08.2019 06:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Narcy Sic

      personne les a invités ni obligés de venir et les gens qui font #15 voire 3 semaine de bateau en croisière ne sont pas torturés et eux - ls migrants non plus - c'es de la manipulation .. de votre part

    • Jean le 21.08.2019 06:59 Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      Non, mais faire croire que c'est le seul problème en Italie, SI !

    • Babol le 21.08.2019 10:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      L'Italie a toujours était un chaos au niveau administratif et etc, mettre la faute aux immigrants, c'est plus facile, quand déjà auparavant, le pays n'arrivait pas à faire quoi que ce soit de bien pour sont peuple. Il faut toujours trouver une excuse, mais, le cancer italien c'est sont grand manque d'organisation, corruption, et vivre de l'apparence, être pour paraître, c'est ça l'Italie.

    • Etienne le 21.08.2019 12:23 Report dénoncer ce commentaire

      @Babol

      L'UE non plus ne semble pas être un modèle de "gestion administrative" (sauf bien sûr quand il s'agit de réclamer le pognon de ses membres voire même de ceux qui ne sont pas membre #Suisse...) et pourtant c'est elle qui veut imposer à l'Italie d'accueillir toute la misère du monde sans aucune contrepartie...