Venezuela

05 février 2019 05:41; Act: 05.02.2019 07:24 Print

Guaido multiplie les soutiens internationaux

Le chef de file de l'opposition, reconnu comme président par 19 pays européens, a reçu lundi le soutien du Groupe de Lima.

Sur ce sujet
Une faute?

L'opposant Juan Guaido a été reconnu comme président par intérim du Venezuela par 19 pays de l'Union européenne, aussitôt accusés par le président socialiste Nicolas Maduro de «soutenir les plans putschistes» des États-Unis.

Tandis que les soutiens diplomatiques se multiplient, Juan Guaido, 35 ans, tente d'organiser l'arrivée d'une aide humanitaire au Venezuela, où la population subit d'importantes pénuries.

Lundi, au lendemain de l'expiration d'un ultimatum européen sommant le président socialiste Nicolas Maduro de convoquer une élection présidentielle anticipée, 19 pays de l'UE dont le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont franchi le pas et ont reconnu M. Guaido.

L'UE divisée

Ces soutiens, dénoncés comme une «ingérence» par la Russie, l'un des principaux alliés de M. Maduro, s'ajoutent à ceux des États-Unis, du Canada et d'une douzaine de pays d'Amérique latine dont la Colombie et le Brésil. L'Union européenne reste cependant divisée: l'Italie a bloqué une déclaration commune de l'UE, selon des sources diplomatiques à Bruxelles.

Le Venezuela a annoncé qu'il allait «réévaluer intégralement» ses relations diplomatiques avec les pays européens qui ont reconnu Juan Guaido, les accusant de soutenir des «plans putschistes» suivant un «scénario des États-Unis».

Washington, qui a reconnu M. Guaido aussitôt après son autoproclamation comme président le 23 janvier, s'est félicité des reconnaissances européennes et a invité tous les autres pays à faire de même.

Le Groupe de Lima soutient Guaido

Réunis lundi à Ottawa, onze des quatorze pays du Groupe de Lima, qui réunit des pays d'Amérique latine et des Caraïbes et le Canada, ont appelé à un changement de gouvernement «sans usage de la force» au Venezuela et ont exhorté l'armée à se ranger derrière Juan Guaido.

Le président Maduro s'est déchaîné contre cette intervention du Groupe de Lima. «Ce dernier communiqué est vraiment répugnant, répugnant et risible, on ne sait pas s'il faut rire ou vomir», a-t-il dit. M. Maduro, qui parlait lors d'une cérémonie à Caracas, a jugé les diverses demandes avancées par le groupe «l'une plus démente que l'autre».

Il a aussi relevé les nouvelles déclarations du président Donald Trump réaffirmant la possibilité d'une action militaire des Etats-Unis dans la crise vénézuélienne. «Comme s'il parlait de vacances à Miami Beach, il a dit qu'il envisageait l'option d'une invasion. C'est une folie, Monsieur Donald Trump», a lancé le chef de l'Etat chaviste.

Nouvelle manifestation

L'opposition, entretemps, tente d'organiser l'arrivée d'une aide humanitaire. Le Canada a promis lundi une aide de 53 millions de dollars canadiens (35 millions d'euros) destinée au peuple vénézuélien, s'ajoutant aux 20 millions de dollars d'aide annoncés par Washington.

Selon Juan Guaido, il s'agit de collecter des vivres et médicaments en Colombie, au Brésil et dans une île des Caraïbes. Le chef de file de l'opposition a d'ailleurs appelé lundi à une nouvelle manifestation, sans en préciser la date, pour exiger des militaires qu'ils laissent entrer cette aide dans le pays.

M. Guaido a accusé le haut commandement militaire vénézuélien de vouloir «voler» l'aide destinée au pays pour qu'elle soit distribuée au nom du gouvernement. Il a par ailleurs dit soupçonner M. Maduro de vouloir transférer 1,2 milliard de dollars vers l'Uruguay.

Conférence internationale

Les représentants de M. Guaido aux États-Unis ont annoncé la tenue d'un conférence internationale sur l'aide humanitaire pour le Venezuela le 14 février au siège de l'Organisation des États américains (OEA) à Washington.

Les habitants du Venezuela, pays pétrolier et autrefois le plus riche d'Amérique latine, sont confrontés à de graves pénuries de vivres et de médicaments, ainsi qu'à une inflation galopante. Depuis 2015, quelque 2,3 millions d'entre eux ont choisi de s'exiler, sur une population totale de 31 millions d'habitants.

Soutenu notamment par la Russie, la Chine, Cuba, la Corée du Nord et la Turquie, M. Maduro, 56 ans, qui attribue les pénuries aux sanctions américaines, rejette toute aide humanitaire, estimant qu'accepter une telle aide reviendrait à ouvrir la porte à une intervention militaire contre son gouvernement.

«Usurpation»

Juan Guaido, le président social-démocrate de l'Assemblée nationale contrôlée par l'opposition, s'est autoproclamé président par intérim le 23 janvier en invoquant la Constitution. Il considère Nicolas Maduro comme un usurpateur pour s'être fait réélire lors d'une élection contestée par l'opposition et par une grande partie de la communauté internationale, avec ses adversaires en prison ou en exil.

Cherchant une sortie pacifique à la crise, un groupe de contact formé par l'UE et cinq pays d'Amérique latine (Bolivie, Costa Rica, Equateur, Mexique et Uruguay) tiendra une première réunion jeudi à Montevideo.

«Nous ne participerons pas. Notre programme est clair: que cesse l'usurpation, un gouvernement de transition et des élections libres (...) Nous n'allons pas tomber dans un faux dialogue», a réaffirmé lundi Juan Guaido.

Un millier d'arrestations

Nicolas Maduro a dit souhaiter qu'un espace de «dialogue» sorte de ce groupe de contact. Il a également confié avoir écrit au pape François pour demander son aide et sa médiation. Pour préserver sa «crédibilité», l'ONU a décidé de ne participer à aucun des groupes discutant du Venezuela. Son secrétaire général Antonio Guterres s'est en revanche dit disposé à aider les deux camps «à trouver une solution politique».

Juan Guaido, qui a offert une amnistie aux militaires s'ils le rejoignent, compte sur une nouvelle journée de mobilisation le 12 février pour maintenir la pression sur le pouvoir chaviste.

Selon l'ONG Foro penal, près d'un millier de personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations contre le pouvoir. «Entre le 21 et le 31 janvier, 966 arrestations ont eu lieu (...) 700 personnes sont toujours emprisonnées», a indiqué lundi le directeur de l'ONG, Alfredo Romero.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • François Pignon le 05.02.2019 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    C'est ça la démocratie ?

    C'est intéressant de voir les grandes puissances démocratiques occidentales (comme par exemple la France) soutenir une personne qui s'est autoproclamée président contre un président élu démocratiquement. Après, on peut discuter de la compétence du président en place, mais d'un point de vue légal et démocratique c'est quand même un peu fort !

  • maitre renard le 05.02.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ingerence

    j'adore une enquete spectaculaire aux US qui coute des millions pour savoir s'il y a eu une ingerence russe. La on a tout le monde entier qui s immisce dans les affaires d un pays souverain mais la pas de probleme.

  • jean bernard le 05.02.2019 10:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    democratie

    Pourquoi ne pas reconnaitre un gillet jaune come president francais? ils ont 80% de soutiens et Macron 10% ou sont les vrais dictatures au final ?

Les derniers commentaires

  • Trump le 06.02.2019 14:43 Report dénoncer ce commentaire

    Les gilets jaunes et le le Venezuela....

    Macron est bien décrié par les gilets jaunes.... Et si tous les pays d'Amérique du sud déclaraient que Macron doit être destitué et remplacé par exemple par Mélenchon....

  • Boiamarelo le 06.02.2019 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi President !!

    Moi je déclare être le President du Portugal,faut expulser le President actuel car j'ai le support de tous qui aiment la plage et du président Trump(à) .Et ça vite fait.

  • Venezolana En Suiza le 05.02.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Maduro dictateur

    L'ignorance dans son apogée dans ces commentaires! Quand Chavez est mort, le vice-président (Maduro) devait apeller aux élections présidentielles dans les 30 jours...De plus,La constitution INTERDIT au président par intérim de se présenter. Résultat?Des années de crachât sur la constitution, cadeaux pétroliers aux autres pays pour qu'ils ne l'ouvrent pas, emprisonnement des opposants politiques, fermeture des industries/hôpitaux/écoles, devaluation du bolivar, censure de la presse, je continue?Honte à qui ne voit pas la dictature du pays le plus riche d'AmLat dans les années 80!

  • Lerastaqouère le 05.02.2019 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    Maduro affameur du peuple!

    Les gauchistes s'expriment sur ce forum. Maduro prétendument élu démocratiquement alors que les résultats avaient manipulés et trafiqués n'est qu'un vulgaire affameur de son peuple. Qu'il y ait un autre président PAR INTERIM autoproclamé est mieux qu'une révolution sanglante mais çà les socialos ne peuvent l'admettre car, où qu'ils soient dans le monde (c'est génétique), ils veulent prendre aux travailleurs pour donner à leurs copains et aux parasites qui ne f... rien. Çà été ainsi de tout temps de leur part

    • Laurent a le 05.02.2019 18:26 Report dénoncer ce commentaire

      Faux et faux

      Informez vous mieux avant de parler de résultats manipulé..

    • Marin le 05.02.2019 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lerastaqouère

      Blablabla. Les reacs ne supportent juste pas qu'un peuple puisse soutenir un gouvernement socialiste. Voir des dirigeants défendre le peuple au lieu de le plumer les met hors d'eux visiblement. La démocratie oui mais seulement quand ça les arrange, comme en France. Heureusement qu'il existe des contre pouvoirs chez nous autrement ils nous mettraient en camps de travail.

    • Lerastaqouère le 05.02.2019 19:36 Report dénoncer ce commentaire

      Défendre le peuple! mdr

      @ Marin: vous devriez aller au Vénézuela Maduro est le champion des régimes, il vous garantit une perte de 50 à 60 kg en quelques mois et comme probablement il ne vous laissera pas revenir au bout de 2 ans vous aurez la taille fil de fer. Je ne vois pas en quoi il défend le peuple, contre le surpoids? Le cholestérol? Ha,ha,ha! Vous parlez de camps de travail cela signifie certainement que vous faites partie de ceux qui profitent du travail des autres

  • Amelie Merlot le 05.02.2019 17:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ingérence étrangère.

    Un jour l'équipe Macron, Merkel, Juncker, vont décider de changer notre CF, sous prétexte que notre constitution n'est pas euro compatible et Trump compatible et qu'il faudra revoir tout ça. Je ne soutiens pas Maduro , mais de quel droit ...