France

17 juillet 2014 12:10; Act: 17.07.2014 14:32 Print

Guerre 2.0 entre les fils Sarkozy et Trierweiler

Louis Sarkozy et Léonard Trierweiler se détestent et ne s'en cachent pas. Depuis plusieurs semaines, les deux adolescents s'échangent des amabilités sur Twitter.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

C'est pendant la Coupe du monde de football que Léonard Trierweiler, fils de l'ancienne compagne de François Hollande, et Louis Sarkozy, rejeton de l'ex-président français, ont commencé à se chercher des noises sur Twitter. Depuis, les deux adolescents continuent de s'échanger régulièrement des amabilités sur le réseau social, comme le relate le «Huffington Post». Tout a commencé le soir de la demi-finale qui opposait l'Allemagne au Brésil. A la suite de la déculottée infligée à la Seleçao, Louis Sarkozy a twitté: «The Brazilian Genocide...». Un message d'un goût douteux, qui n'a pas manqué de faire réagir Léonard Trierweiler: «Franchement @Sarko_Junior, lâche Twitter et retourne pêcher le mérou», a répondu le jeune homme en référence à un post précédent du fils Sarkozy, qui se mettait en scène en tenue de pêche.

Depuis cet épisode, le conflit entre les deux ados continue d'amuser les twittos. Actuellement, c'est l'héritage laissé par leurs parents respectifs à l'Elysée qui prête aux vannes, vacheries et autres coups bas. C'est le fils de Valérie Trierweiler qui a dégainé, le 15 juillet. Interpellé par l'attachée parlementaire de députés UMP à propos des dépenses réalisées par l'Elysée pour sa mère, Léonard Trierweiler a répondu en s'adressant directement à Louis Sarkozy: «C'est comme si vous demandiez à @Sarko_Junior de rendre des comptes sur les 600 milliards de dette de son père. Pas très malin!»

«Chez les militaires, on apprend à se battre!»

Bien entendu, le fils Sarkozy a contre-attaqué en partageant un article de presse dont le titre était: «L'ex-Première dame a coûté 481'000 euros à l'Etat en 2013». «Certes, mais ce n'est pas ma mère qui bénéficiait d'une carte de crédit de l'Elysée pour ses dépenses personnelles», a répondu Léonard. Argument de Louis: «En même temps, l'un était président de la République Française et l'autre, bah, pas tellement...»

Dernier coup bas en date, la publication par Louis Sarkozy d'un article du Point.fr annonçant que le fils Trierweiler aurait été arrêté à plusieurs reprises, notamment pour avoir tenté d'acheter du cannabis. Devant le silence radio observé par Léonard, certains twittos n'ont pas hésité pas à mettre de l'huile sur le feu: «Je pense organiser un combat d'homme à homme entre @Sarko_Junior et @trierweiler3», a proposé un internaute. Une idée qui semble séduire le premier nommé: «Quand vous voulez! Cher (sic) les militaires, on apprend à se battre!» Autant dire que cette guéguerre semble loin d'être terminée.

(joc)