France

12 novembre 2009 09:25; Act: 12.11.2009 10:08 Print

Hôpital condamné pour avoir sauvé un bébé

par Philippe Favre - Les parents d'un nouveau-né ont accusé l'hôpital d'acharnement thérapeutique. L'enfant, né en 2002, souffre aujourd'hui de graves handicaps.

Une faute?

L'Hôpital d'Orange (F) a été condamné pour avoir réanimé un bébé mourant.
Le pire, c'est que le gynécologue avait annoncé aux parents la mort du nouveau-né, alors que les services de réanimation tentaient de le ramener à la vie.

L'enfant, né il y a 7 ans, est aujourd'hui affligé de lourds handicaps: «Il ne marchera jamais et sa colonne vertébrale et tenue par une coque. Rendez-vous compte: son cerveau a été privé d'oxygène pendant au moins vingt minutes», soutient l'avocat de la famille, cité par Le Figaro, qui a médiatisé cette affaire.

Le parents ont porté plainte et viennent d'obtenir gain de cause. L'hôpital a été condamné pour acharnement thérapeutique. Il s'agit d'un première en France, affirme l'avocat de la famille.

«Les faits se sont passés en 2002, avant la loi Léonetti (sur le droit des patients en fin de vie, ndlr). Depuis 2005 et cette loi qui interdit l'acharnement thérapeutique, je n'ai jamais vu une affaire comme celle-là», a déclaré sur 20 minutes.fr Jean-Luc Romero, président de l'association pour le droit à mourir dans la dignité.

Le justice ne tient cependant pas l'hôpital pour entièrement responsable des handicaps développés par l'enfant et a commandé une expertise. Ses conclusions détermineront le montant des dommages-intérêts que l'hôpital devra verser.

Les parents exigent un minimum de 750'000 francs. «C'est par amour et pour assurer un avenir à leur enfant que ces parents ont attenté une action», soutient l'avocat de la famille.