71 morts en Hongrie

12 octobre 2016 14:08; Act: 12.10.2016 15:22 Print

Huit suspects dans l'affaire du «camion charnier»

Les autorités hongroises ont annoncé avoir bouclé l'enquête. En août 2015, les corps de 71 personnes avaient été retrouvés en Autriche.

Voir le diaporama en grand »
12.10.2016 La police hongroise a annoncé mercredi avoir achevé son enquête sur la mort de 71 migrants dont les cadavres avaient été retrouvés dans un camion frigorifique en Autriche en août 2015. La justice a faire arrêter huit suspects. 29.08 Deux jours après la découverte en Autriche d'un camion charnier contenant 71 cadavres, probablement de réfugiés syriens, quatre hommes, interpellés en Hongrie ont comparu samedi devant la justice. Le Parquet a demandé que les quatre hommes - trois Bulgares et un Afghan --soient maintenus en détention... ... en raison de «la nature exceptionnelle du crime», «des morts consécutives à un trafic d'êtres humains»... ... , et pour s'être livré à une «activité criminelle de trafic d'êtres humains à la manière d'un business». Selon le quotidien autrichien Oesterreich, les 71 victimes étaient enfermées dans 15 m2 et ont dû mourir asphyxiées au bout d'une heure, ayant été enfermées sans aucune aération. Ce sont des ouvriers travaillant à l'entretien de l'autoroute qui ont alerté la police après avoir vu «des fluides de corps en décomposition» couler du camion. 28.08 Les images des employés de la morgue qui emmènent les corps des migrants décédés dans les cercueils sont terribles. 28.08 Le bilan du drame de l'immigration survenu jeudi en Autriche s'alourdit. Plus de 70 corps ont été retrouvés dans le camion controlé sur l'autoroute A4, a déclaré vendredi un porte-parole du ministère de l'intérieur. 27.08 Selon la police, entre 20 et 50 corps ont été retrouvés dans un camion abandonné sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute dans l'est de l'Autriche, non loin de la Hongrie, elle aussi débordée par un afflux de migrants. 27.08 Marqué du logo d'une entreprise de volaille slovaque, le véhicule possédait une immatriculation hongroise et avait quitté Budapest mercredi matin. Le camion, d'où coulaient «des fluides de corps en décomposition», a été déplacé par les autorités pour pouvoir en extraire les cadavres. 27.08 «Aujourd'hui est un jour sombre (...) ce drame nous affecte tous», a déclaré la ministre autrichienne de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner. 27.08 La police hongroise va se joindre à l'enquête, a annoncé Budapest. 27.08 «Il semble que les victimes étaient des migrants, dans une opération de trafic d'êtres humains», a déclaré Janos Lazar, porte-parole du Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Sur ce sujet
Une faute?

La police hongroise a annoncé mercredi avoir achevé son enquête sur la mort de 71 migrants dont les cadavres avaient été retrouvés dans un camion frigorifique en Autriche en août 2015. La justice a faire arrêter huit suspects.

«Nous avons achevé les investigations. La police va recommander au parquet de mettre en accusation huit suspects», tous incarcérés, a indiqué le chef du Bureau national de lutte contre l'immigration illégale, Zoltan Boross, lors d'une conférence de presse à Budapest.

Le 27 août 2015, la police autrichienne avaient découvert des dizaines de corps d'hommes, de femmes et d'enfants morts d'étouffement dans le compartiment étanche d'un camion frigorifique abandonné sur une autoroute à Parndorf, près de la frontière hongroise.

Dossier transféré en Hongrie

L'enquête avait rapidement établi qu'il s'agissait de migrants qui fuyaient les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan. Ils avaient été pris en charge par des passeurs en Hongrie, non loin de la frontière serbe. Le dossier avait été transféré en Hongrie à l'automne, les autopsies ayant établi que la mort était survenue alors que la camion se trouvait encore dans ce pays.

Cinq hommes, un Afghan considéré comme étant le chef du réseau et quatre Bulgares avaient été arrêtés en Hongrie peu après les faits. Trois autres Bulgares ont été interpellés et placés derrière les verrous par la suite, a précisé Zolton Boross.

Ils savaient

L'enquête a établi que les trafiquants savaient que les passagers étaient décédés au moment où le camion a été conduit en Autriche, a-t-il ajouté. Trois Bulgares restent recherchés en lien avec ce dossier, placé sous la juridiction du tribunal Kecskemet (sud de la Hongrie).

La découverte du camion charnier avait provoqué une onde de choc en Europe et favorisé l'ouverture momentanée des frontières aux centaines de milliers de migrants désireux de rejoindre l'ouest du continent.

Les corps des victimes ont tous pu, à l'exception d'un seul, être identifiés. La majorité d'entre eux ont été rendus à leurs proches, les autres ont été enterrés à Vienne.

(nxp/ats)