Sondage

25 avril 2019 12:28; Act: 25.04.2019 12:32 Print

Ignorance autour des élections européennes

Selon un sondage réalisé en février et paru jeudi, moins de 40% des gens savent que les élections européennes se tiendront en mai.

storybild

Les Européens se rendront aux urnes entre le 23 et le 26 mai prochain. (Photo: dr)

Une faute?

Moins de 40% des Européens savent que les élections européennes se tiendront en mai, et seulement 5% peuvent en citer les dates exactes, entre le 23 et le 26 mai, selon un baromètre réalisé par Kantar Public. Le sondage a été effectué en février.

Selon ce sondage publié jeudi par le Parlement européen, 38% des Européens (hors Royaume-Uni) connaissaient le mois des élections à venir. La proportion était supérieure à 50% dans sept pays, dont l'Italie. Elle atteignait 34% en France.

Taux de participation incertain

Dans quatre pays (Danemark, Pays-Bas, Suède, Belgique), plus de la moitié des sondés se sont déclarés certains de voter (58% à 65% des personnes interrogées). C'est le cas pour 44% des Français, un taux supérieur à la moyenne européenne (35%) et en hausse de 10 points par rapport au précédent baromètre de septembre-octobre.

Les principaux sujets de préoccupation des Européens restent l'économie, la croissance, la lutte contre le chômage des jeunes et l'immigration. Sur ce dernier thème, 44% estiment que l'immigration devrait être une priorité dans la campagne, contre 50% en septembre-octobre.

A l'inverse, le changement climatique et la protection de l'environnement prennent de l'importance, cités par 43% (contre 40%). La lutte contre le terrorisme reste également dans les priorités les plus citées.

En France, les sondés ont placé en tête le chômage des jeunes (57%), puis le changement climatique (52%) et le terrorisme (50%). L'immigration perd sept points par rapport à l'automne, avancée par 32% des sondés.

Selon ce baromètre, une grande majorité d'Européens soutient l'adhésion à l'UE (61% en moyenne dans 27 pays, hors Royaume-Uni). Toutefois, note Kantar Public, «le niveau d'incertitude a évolué, comme le montrent les 27% d'Européens estimant que l'UE n'est 'ni une bonne chose, ni une mauvaise chose', avec une hausse enregistrée dans 19 pays». Le sondage a été réalisé entre le 19 février et le 4 mars dans 28 Etats membres, auprès de 27'973 personnes représentatives de la population de plus de 15 ans.

(nxp/ats)