«Gilets jaunes»

05 janvier 2019 19:04; Act: 05.01.2019 22:46 Print

Identifié, le «boxeur» de CRS est un pro

Un homme a été filmé à plusieurs reprises à Paris en train de s'en prendre aux forces de l'ordre, n'hésitant pas à aller au corps à corps.

Sur ce sujet
Une faute?

La scène est hallucinante. Samedi 5 janvier, «acte VIII» des gilets jaunes, un homme tout de noir vêtu a été vu en train de boxer à plusieurs reprises des CRS, à Paris. Les images ont été publiées sur Twitter par l'agence de presse indépendante Line Press.

Toujours sur Twitter, le compte des commissaires de la police nationale a publié en début de soirée une image d'un boxeur accompagné d'un message annonçant à l'homme en noir qu'il avait été identifié, et lui précisant: «Monsieur, vous qui avez frappé un collègue à terre, vous êtes identifié. Pour un boxeur, vous ne respectez apparement pas beaucoup de règles. Nous allons vous apprendre celles du code pénal.» (sic).


Le SCPN n'a toutefois pas précisé le nom de la personne. Mais les internautes ont facilement découvert son identité. Il s'agit de Christophe Dettinger, boxeur professionnel et ancien champion de France des poids lourds-légers en 2007 et 2008. Dans le milieu de la boxe, il est surnommé le «Gitan de Massy».


Baston sur une passerelle

Le «boxeur» est apparu alors que des heurts avaient éclaté entre des manifestants et les forces de l'ordre sur la passerelle Leopold-Sédar-Senghor qui passe par-dessus la Seine.

Sur les vidéos diffusées, on aperçoit un homme, relativement grand, habillé d'une veste noire et coiffé d'un bonnet, mais sans gilet jaune, qui bascule sur la passerelle, avant d'aller au-devant des CRS visage découvert, à la façon d'un boxeur prêt à en découdre.

D'abord seul face à plusieurs policiers, l'assaillant a asséné plusieurs coups au visage d'un membre des forces de l'ordre, protégé pourtant par un bouclier et masqué. Il a ensuite été rejoint par d'autres manifestants, décidés eux aussi à se battre.

Un peu avant, une autre vidéo, également publiée par Line Press sur les réseaux sociaux, permet de distinguer le même homme en train de s'en prendre à un autre policier à terre.


(jfe)