Attentat du 14 juillet 2016

15 juin 2019 16:40; Act: 15.06.2019 16:40 Print

Il meurt trois ans après sa famille, tuée à Nice

Tahar Mejri est mort de façon inexpliquée à l'âge de 42 ans, trois ans après l'attentat de Nice qui a coûté la vie à son épouse et son jeune fils.

Sur ce sujet
Une faute?

L'attentat de Nice au camion-bélier, le 14 juillet 2016, a peut-être fait une 87e victime. Trois ans après avoir perdu son épouse Olfa et son jeune fils Kylian, alors âgé de 4 ans, sur la promenade des Anglais, Tahar Mejri est mort mercredi, à l'âge de 42 ans, rapporte Nice-matin.

Les circonstances de son décès restent inexpliquées, mais rien n'oriente pour l'instant les enquêteurs vers la thèse du suicide. Ses proches ont expliqué au quotidien que Tahar n'avait jamais réussi à surmonter sa douleur. «Il n’allait pas bien. J’ai tout fait pour apaiser ses souffrances. Je n’ai pas réussi..., a ainsi confié Rachel, sa compagne. (...) Ces derniers temps, je l'ai senti fatigué».

«Ma femme est morte devant moi»

«Inconsciemment, il est parti les rejoindre. Il a essayé de prendre le dessus... Mais l'amour de son fils était plus fort que tout. Peut-être qu'à présent, il est apaisé?», a témoigné une amie de Tahar. «On a essayé de lui insuffler une envie, avec des projets de vie. Mais il était en permanence avec Kylian, enfermé dans sa souffrance. Un papa lié à jamais à son fils», a pour sa part commenté son avocate, Me Cathy Guittard.

Le soir du 14 juillet 2016, lorsqu'il avait compris l'ampleur du drame, le père de famille avait essayé de rejoindre sa femme et son fils, venus assister au feu d'artifice. Il avait fini par retrouver son épouse, trop tard. «Ma femme est morte devant moi, au sol», avait-il alors expliqué. Il s'était ensuite mis à la recherche de son fils, introuvable, espérant que celui-ci avait réussi à échapper au terroriste. Il avait fini par apprendre la mort de Kylian deux jours plus tard, devant la porte d'un hôpital.

(pp/20minutes)