France

15 décembre 2011 15:49; Act: 15.12.2011 16:38 Print

Il ne pourra pas être femme et rester marié

La France a débouté un homme qui voulait faire reconnaître son changement de sexe auprès de son état civil pour rester marié à sa femme.

(Source: telegramme.com)
Une faute?

La justice française a refusé jeudi le changement de sexe d'un homme, Wilfrid, devenu Chloé après une opération. Il voulait obtenir un état-civil féminin tout en restant marié avec la femme dont il a eu trois enfants, a-t-on appris auprès de son avocat.

Sa démarche «revenait à demander l'autorisation du mariage homosexuel, à faire en sorte que celui-ci ait une existence juridique. Dans notre droit français, c'est interdit», a déploré l'avocat de Wilfrid Avrillon, Me Emmanuel Ludot.

Le tribunal aurait pu accorder «le bénéfice de cette rectification» d'état-civil à Wilfrid A., 41 ans, s'il avait été «célibataire», a expliqué Me Ludot. La France interdisant le mariage homosexuel, contrairement à certains pays européens, ce changement de sexe n'a pas pu lui être accordé.

Le jugement du tribunal, dont l'AFP a obtenu copie, souligne que «modifier le sexe mentionné dans l'acte de naissance d'une personne mariée aboutirait, non pas à constater mais à créer une situation de mariage entre personnes de même sexe». Il demandait au tribunal de Brest de régulariser une situation extrêmement rare et de donner une existence légale à l'histoire extraordinaire du couple qu'il forme avec son épouse, Marie.

Masque et insultes

Wilfrid-Chloé s'interrogeait depuis qu'il a 4 ans sur le fait de se sentir «plus féminin que masculin». Marie, 43 ans, de son côté, n'avait fréquenté que des femmes avant de tomber amoureuse de ce garçon efféminé, à qui elle avait fini par avouer son homosexualité.

Le couple, qui a eu trois enfants, assume son évolution, depuis que Wilfrid a dit à Marie, en janvier 2010, qu'il se sentait comme une «femme enfermée dans un corps d'homme». «Je ne me suis plus forcée de viriliser ma voix, je ne me suis plus retenue dans ma gestuelle», expliquait fin octobre Wilfrid/Chloé, confiant avoir pris jadis des cours de théâtre pour masquer au mieux sa féminité parce qu'au lycée, les insultes étaient fréquentes.

L'avocat, Me Ludot, a déclaré vouloir faire appel du jugement, et n'exclut pas un recours constitutionnel. «Bien entendu, le changement d'identité serait accordé s'il venait à divorcer. Mais qu'est-ce que c'est que ce chantage, où l'on fait pression sur un homme devenu femme en lui disant 'si tu ne divorces pas tu resteras un homme'!», s'est insurgé Me Ludot.

(ats)