Grève à la SNCF

04 décembre 2011 16:18; Act: 04.12.2011 16:22 Print

Il y aura «tous les trains prévus» pendant les fêtes

Le président de la SNCF s'est voulu rassurant après l'annonce de grève durant les fêtes de fin d'année, en France.

storybild

Guillaume Péry est le président de la SNCF. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le président de la SNCF Guillaume Pépy a assuré dimanche que tous les trains prévus circuleraient pendant les fêtes de fin d'année, malgré le préavis de grève déposé par la FGAAC-CFDT.
«Les trains circuleront pendant les fêtes de fin d'année. Il y aura tous les trains prévus», a promis le patron de la SNCF, invité du Grand Rendez-Vous Europe-1/i>Télé/«Le Parisien/Aujourd'hui en France». M. Pépy a voulu «rassurer de la façon la plus claire» les usagers.

«Sur le terrain, là où les choses se discutent, se négocient, dans 98%, 99% des cas, un accord a été trouvé avec les délégués syndicaux», a-t-il expliqué, soulignant que «les syndicats ont été extrêmement responsables puisque on a négocié et qu'on a signé des accords».

Par ailleurs, «le syndicat qui aujourd'hui envisage une éventuelle grève est le seul à l'envisager» et «cette initiative a été désapprouvée par les autres syndicats», a-t-il dit, jugeant qu'«il serait sage» que le syndicat «renonce» à ce préavis.

Une réunion de conciliation est prévue en début de semaine, avait fait savoir samedi la direction de la SNCF, estimant qu'elle permettrait «sans doute» de lever le préavis.

La FGAAC-CFDT, syndicat catégoriel des conducteurs de train, appelle à la grève pour les prochains week-ends de décembre, donc ceux de Noël et du Nouvel-An pour dénoncer un «regain de productivité» demandé aux conducteurs qui n'«a eu comme seul résultat qu'une dégradation de leurs conditions de vie et de travail».

Dans un communiqué diffusé dimanche, le syndicat a dit préférer attendre «la réunion de négociations qui aura lieu en début de semaine afin de tout mettre en oeuvre pour éviter une confrontation que personne ne souhaite». Pour la FGAAC-CFDT, «la place est maintenant à la concertation et non à toute polémique stérile au désamorçage d’un conflit à venir».

(ap)