Pakistan

05 juin 2011 13:45; Act: 05.06.2011 13:54 Print

Ilias Kashmiri tué par un drone américain?

Le chef pakistanais, considéré comme l'un des activistes les plus dangereux du monde, proche d'Al-Qaida, serait mort vendredi.

storybild

Si la mort de Kashmiri (photo) est confirmée, il s'agirait du principal revers infligé à Al-Qaida depuis la mort d'Oussama ben Laden en mai. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Rehman Malik, se dit «certain à 98%» du décès de Kashmiri.

Ce n'est pas la première fois que la presse fait état de la mort d'Ilias Kashmiri. En septembre 2009, sa disparition avait été annoncée dans les mêmes circonstances que celles qui auraient précipité sa perte vendredi soir, après un raid de drone américain.

Selon le renseignement pakistanais, l'attaque de drone a visé vendredi un bâtiment du village de Shwkainary, au Sud-Waziristan. Trois missiles ont été tirés et ont tué au total huit personnes.

Pour M. Malik, «tous les renseignements sur le terrain montrent qu'il (Kashmiri) est mort. Ce que je peux dire, c'est qu'il y a 98% de chances qu'il soit mort», a-t-il déclaré dimanche. Mais en l'absence actuellement du corps du défunt, «nous n'avons pas l'ADN nécessaire pour confirmer (son décès)», a ajouté le ministre.

Message de confirmation

La mort de Kashmiri aurait été aussi confirmée par un message sur Internet de son groupe islamiste lié à Al-Qaida, le Harkat-ul Jihad Islami (HUJI). Mais un responsable du conseil de sécurité nationale américain a immédiatement mis en doute l'authenticité du document.

«Nous confirmons que notre émir et commandant en chef, Mohammad Ilias Kashmiri, et d'autres camarades sont tombés en martyrs, victimes d'une attaque de drone américain le 3 juin 2011», a informé Abu Hanzla Kashir dans un communiqué envoyé à une chaîne de télévision pakistanaise. «Si Dieu veut, (...) l'Amérique connaîtra très vite notre vengeance. Notre seul objectif, c'est l'Amérique», a- t-il ajouté. L'authenticité du communiqué n'a pu être vérifié.

Kashmiri était réapparu récemment et avait donné une interview à un journaliste d'»ASia Times», Saleem Shahzad, dont le corps a été retrouvé la semaine dernière avec des traces de torture. Les médias et groupes de défense des droits de l'homme soupçonnent les services de renseignement militaire pakistanais d'avoir un lien avec ce meurtre, ce qu'ont jusqu'à présent nié ces derniers.

Recherché

La tête de M. Kashmiri était mise à prix par les Etats-Unis pour cinq millions de dollars. Si sa mort est définitivement confirmée, il s'agirait du principal revers infligé à Al-Qaida depuis qu'un commando américain a tué Oussama Ben Laden le 2 mai au Pakistan.

Selon le département d'Etat américain, le HUJI est responsable au moins d'un attentat suicide qui avait fait quatre morts et 48 blessés en mars 2006 au consulat des Etats-Unis à Karachi.

M. Kashmiri a également été cité dans les attaques de novembre 2008 à Bombay, qui ont fait 166 morts.

(ats)