Russie

28 février 2019 21:21; Act: 28.02.2019 21:21 Print

Ils immolent des camélidés «pour aider la Russie»

Des chamans sibériens risquent une inculpation après avoir tué et brûlé cinq chameaux au nom de la tradition et pour «renforcer la Russie».

storybild

Cinq animaux ont été sacrifiés par un groupe de chamans, qui ne voit pas «ce qu'il y a de mal à cela». (Photo: Capture d'écran YouTube)

Une faute?

Le chef d'un groupe de chamans sibériens a défendu jeudi ses pairs, sous le feu des critiques pour avoir tué et brûlé cinq chameaux lors d'une cérémonie rituelle destinée à «renforcer la Russie». Le groupe, basé dans la ville d'Angarsk en Sibérie orientale, a diffusé en février sur internet une vidéo montrant les chamans en train de brûler les restes découpés des chameaux sur un bûcher dans la nature.

Les images, qui ont été par la suite supprimées par YouTube, ont fait le tour des réseaux sociaux et provoqué un scandale, les internautes accusant les protagonistes de cruauté envers les animaux. La pratique a également suscité la controverse au sein de la communauté des chamans, qui assurent la communication entre les hommes et le monde des esprits selon les traditions des peuples de Sibérie.

«Nous ne devons pas désobéir aux dieux»

La justice russe, qui a enquêté sur les faits, doit désormais décider d'inculper ou non les chamans de cruauté envers les animaux, un crime passible de cinq ans de prison. Le chef du groupe de chamans à l'origine de la vidéo, Artour Tsybikov, a assuré à l'AFP que le sacrifice rituel des chameaux faisait partie de la tradition et n'est pratiqué qu'une fois tous les 300 ans. «Nous ne devons pas désobéir aux dieux», a-t-il affirmé, insistant sur le fait que les chameaux, un animal peuplant depuis longtemps la région et considéré comme sacré pour les chamans, avaient été «tués humainement».

«C'est notre tradition et je ne vois pas ce qu'il y a de mal. Nous les avons tués, nous les avons découpés et nous les avons cuisinés», a poursuivi Artour Tsybikov. Selon lui, la cérémonie était destinée à «renforcer» la Russie face aux difficultés politiques et sociales auxquelles elle est confrontée: «Nous avons la réforme des retraites et les gens sont en colère. Nous avons les sanctions occidentales...»

Le grand chef des chamans de Russie, Dopchoun-ool Kara-ool Tiouliouchevitch, a pris ses distances avec le rituel, indiquant dans un communiqué qu'il allait démettre de son rang Artour Tsybikov, son adjoint régional. «Ils ont tué cinq chameaux. C'est du sadisme. Un chaman doit aimer les gens, la nature, les animaux et les oiseaux. Eux, ils n'aiment personne», a-t-il affirmé à l'AFP.

(afp)