Incendies meurtriers en Grèce

23 juillet 2018 14:50; Act: 24.07.2018 16:55 Print

Mati, une station balnéaire qui «n'existe plus»

Selon les services d'urgence, au moins 60 personnes ont péri lundi dans des feux de forêt autour d'Athènes. Vingt-six corps carbonisés ont été découverts dans la cour d'une villa

Sur ce sujet
Une faute?

Le bilan des violents incendies qui ravagent les alentours d'Athènes est passé mardi à 60 morts. On dénombre aussi 172 blessés, dont 16 enfants. Onze adultes se trouvent dans un état grave. Le feu s'est calmé dans la région, ont indiqué les pompiers à l'AFP, mais un front progressait toujours à Kineta, à une cinquantaine de km à l'ouest de la capitale.

«Mati n'existe plus»

Autour de la capitale, la plupart des victimes ont été piégées dans les environs de Mati, une localité balnéaire à une quarantaine de km à l'est d'Athènes, dont les maisons sont souvent entourées de hauts pins. Elles sont mortes «à leur domicile ou dans leurs voitures», a indiqué le porte-parole du gouvernement grec, Dimitris Tzanakopoulos. Dans cette localité, 26 personnes carbonisées ont été retrouvées enlacées par groupes dans la cour d'une villa, «dans une dernière tentative pour se protéger», a raconté un sauveteur.

A Mati, la violence des vents, avec des pointes à plus de 100 km/h, a «provoqué une progression foudroyante du feu dans le tissu urbain», a expliqué une porte-parole des pompiers. «Mati n'existe plus», a lancé le maire du port proche de Rafina, Evangélos Bournous, recensant «plus de mille bâtiments et 300 voitures» endommagées, dont les carcasses fumaient toujours dans une âcre odeur de brûlé.

Mortes en mer

Au moins quatre personnes ont également été retrouvées mortes en mer, où elles avaient tenté de trouver refuge quand les flammes ont poussé les résidents paniqués sur les plages. Le ministre de l'Intérieur Panos Skourletis a indiqué à la télévision publique ERT que les autorités «cherchent encore s'il y a d'autres disparus».

«Enfer de Dante», titrait mardi le journal «Ta Nea» (opposition centriste), «L'Attique en cendres», résumait le quotidien de centre-gauche Ethnos.


Activité suspecte

Neuf patrouilleurs côtiers, deux bâtiments militaires et des dizaines de bateaux privés assistés d'hélicoptères de l'armée ont été mobilisés toute la nuit pour évacuer vers le port de Rafina, proche de Mati, les résidents et touristes ayant fui les flammes sur les plages et en mer. Les premiers rescapés étaient transférés vers des hôtels et des camps militaires, tandis que de nombreux proches inquiets affluaient à Rafina.

La Grèce a activé le mécanisme européen de protection civile pour obtenir de l'aide de ses partenaires. Le pays s'est vu offrir de l'aide par la France, Israël, la Bulgarie et la Turquie, tandis que les messages de condoléances affluaient de l'étranger.

Le porte-parole a aussi mentionné qu'il y avait eu «15 départs de feu simultanés sur trois fronts différents en Attique», ce qui a conduit la Grèce à demander des drones aux Etats-Unis «pour observer et détecter toute activité suspecte».

Rendez-vous annulés

Au vu de la situation, la présidence de la République a annulé la réception annuelle prévue mardi pour commémorer le rétablissement de la démocratie en Grèce en juillet 1974.

Le Premier ministre Alexis Tsipras est pour sa part rentré précipitamment d'un déplacement en Bosnie pour suivre les opérations. Selon lui, «plus de 600 pompiers» étaient sur les trois fronts des incendies, attisés par des vents soufflant jusqu'à plus de 100 km/h.

Les incendies ont pris alors qu'une vague de chaleur s'abattait sur le pays, avec des températures grimpant jusqu'à 40 degrés Celsius. Selon les services météo, les conditions doivent rester difficiles mardi, quoique les températures en Attique soient prévues en baisse, avec des averses.


L'Europe du nord suffoque

Les incendies de forêt et de maquis sont récurrents en Grèce l'été. Les derniers feux les plus dévastateurs avaient tué en 2007 dans le Péloponnèse et sur l'île d'Evia 77 personnes, ravageant 250'000 hectares de forêts, maquis et cultures.

Le nord de l'Europe, d'Oslo à Riga, est également écrasé depuis plusieurs semaines par la chaleur et la sécheresse qui embrasent forêts et tourbières, brûlent les pâtures, vident les nappes phréatiques et font même baisser le niveau des grands lacs.

La Suède, qui connaît le mois de juillet le plus chaud depuis au moins deux siècles et demi, a dû faire appel à la solidarité européenne pour lutter contre le feu. Pas moins de 25'000 hectares sont déjà partis en fumée ou continuent de se consumer, soit deux fois la superficie de la ville de Paris.

(nxp/afp)