Sommet de l'UE à Bruxelles

24 mars 2011 14:02; Act: 24.03.2011 14:04 Print

Incidents lors d'une manif contre l'austérité

Des échauffourées se sont produites jeudi à Bruxelles entre la police et des manifestants venus dénoncer par milliers la politique d'austérité des gouvernements en Europe.

Une faute?

Un groupe de protestataires, le visage dissimulé derrière des foulards, a lancé sur les forces de l'ordre des pavés descellés sur la voie, à proximité du siège du Premier ministre belge, dans le centre de la capitale.

La police a répliqué en utilisant des canons à eau. Elle était mobilisée en force pour empêcher les manifestants de se diriger vers le lieu où devaient se réunir dans l'après-midi les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne, pour adopter notamment un «Pacte pour l'euro» qui prévoit un discipline budgétaire renforcée et la modération salariale.

Ce «Pacte» est à l'origine du courroux des syndicats européens, initiateurs de la manifestation. Selon eux, quelque 20'000 personnes participent au rassemblement au total.


Indexation des salaires

La Confédération européenne des syndicats (CES) estime que le pacte prévu par les pays européens «tire dangereusement les salaires et les droits sociaux vers le bas». Les syndicats belges continuent à craindre en particulier que soit remis en cause le système d'indexation automatique des salaires sur l'inflation, en vigueur en Belgique.

Mais les grandes centrales syndicales du royaume se sont divisées quant à la stratégie à suivre pour marquer leur hostilité aux mesures d'austérité comprises dans le pacte européen.

Le syndicat socialiste FGTB a décidé de durcir le ton en organisant, avant le rassemblement de la CES, des cortèges partant de quatre entrées de Bruxelles, rendant la circulation très difficile dans plusieurs quartiers.

Peu après 10H30, la rue de la Loi, où les dirigeants syndicaux devaient prendre la parole, était noire de monde, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le plus grand syndicat belge, la centrale chrétienne CSC, qui ne voulait pas bloquer la capitale, s'est démarqué de la FGTB et a organisé jeudi matin son propre rassemblement au pied de l'Atomium, un bâtiment emblématique de la capitale belge, en forme d'atome de fer agrandi 165 milliards de fois, situé sur les hauteurs de Bruxelles. De «5 à 7.000» manifestants y étaient attendus, selon la CSC.

(ats)