Education

09 avril 2019 02:23; Act: 09.04.2019 02:23 Print

Inégalités autour de l'enseignement préprimaire

L'Unicef assure que 175 millions d'enfants, surtout dans les pays pauvres, n'y ont pas accès, à l'inverse des pays développés.

storybild

95% des enfants en Suisse, comme dans la majorité des pays européens, profitent de l'école enfantine. (Photo: AFP)

Une faute?

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) a appelé les gouvernements du monde entier à investir davantage dans l'éducation préprimaire. Actuellement, 175 millions d'enfants n'ont pas accès à cette forme d'éducation précoce, selon un rapport présenté mardi.

Cela toucherait environ la moitié de tous les garçons et de toutes les filles âgés de trois à six ans dans le monde. Selon ce rapport de l'Unicef intitulé «A World to Learn», près de 95% des enfants en Suisse, comme dans la majorité des pays européens, profitent de l'école enfantine. Dans les pays les plus pauvres du monde, en revanche, près de huit enfants sur dix n'ont pas accès à de tels programmes.

«L'éducation préscolaire est un fondement éducatif pour nos enfants, une étape cruciale et déterminante pour toutes les phases ultérieures de leur parcours scolaire», explique Henrietta Fore, la directrice générale de l'Unicef. «Pourtant, trop d'enfants en sont privés», regrette-t-elle.

Selon le rapport, les enfants qui suivent au moins une année d'enfantine ont de meilleures chances de développer des compétences essentielles pour réussir à l'école et courent moins de risques de redoubler ou d'abandonner leurs études. Conséquence: dans les pays où il y a un fort taux de fréquentation préscolaire, on observe aussi une plus grande réussite dans l'obtention des certificats de fin d'études primaires.

10% du budget de l'éducation

Le rapport montre également que la richesse des ménages, le niveau d'éducation de la mère, la localisation géographique sont des facteurs essentiels qui vont déterminer si un enfant bénéficiera ou pas d'une éducation préscolaire. Les enfants les plus pauvres en sont généralement dépourvus.

Selon le rapport, les bambins ayant suivi la formation enfantine ont de bien meilleures chances d'atteindre des niveaux d'éducation plus élevés et de développer des compétences telles que la pensée critique et la créativité. Cela les rend par la suite plus compétitifs sur le marché du travail et apporte une contribution plus précieuse à l'économie et au développement de leur pays, note le rapport.

Unicef appelle les gouvernements du monde entier à consacrer à l'avenir au moins dix pour cent de leur budget national de l'éducation à l'éducation préprimaire - et à investir particulièrement dans les instituteurs. Au niveau mondial, 9,3 millions de nouveaux enseignants en classes enfantines seraient nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable dans ce domaine d'ici 2030.

(nxp/ats)