Interpellations de lycéens

07 décembre 2018 10:21; Act: 08.12.2018 09:06 Print

«Images choquantes dans un climat de violence»

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n'a pas aimé les images de lycéens interpellés mais il veut rappeler le «contexte» de violence.

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a déclaré vendredi avoir été «choqué» par les images des 146 jeunes interpellés devant un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines), mais a tenu à rappeler le «contexte» de violence qui a mené à cette opération.

Un total de 146 jeunes a été interpellé jeudi devant le lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, après des incidents. Des images montrent des dizaines de lycéens, mains entravées ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, rassemblés dans le jardin d'un pavillon et dans une maison associative.

«L'image est forcément choquante. Il y a eu des images choquantes parce que nous sommes dans un climat de violence exceptionnelle. (...) Il faut faire très attention aux images découpées. Il faut savoir ce qui s'est passé avant, le contexte dans lequel elles se sont passées», a déclaré le ministre sur France Inter.

Remettre dans le contexte

«Que s'est-il passé hier (jeudi) à Mantes-la Jolie ? Il y a des éléments extérieurs au lycée, des personnes de plus de 20 ans souvent, qui avaient accumulé des poubelles les jours précédents, ils ont coincé le lycée, rameuté des lycéens parfois venus d'autres départements, ils ont envahi un pavillon, volé des bonbonnes de gaz... Ils ont commis des exactions, attaqué les forces de l'ordre qui ont cherché à les neutraliser et en les neutralisant, ils les ont mis contre un mur avec les images que l'on voit», a-t-il poursuivi. «Quand j'ai vu ces images, j'ai été choqué. Mais je demande que, dans ce monde où l'on voit les choses de manière très partielle, on remette les choses dans leur contexte», a-t-il insisté.

«Je ne dis pas que c'est une bonne chose, c'est une mauvaise chose et bien sûr qu'on regardera les suites éventuelles. Mais dans un moment où les forces de l'ordre sont totalement sollicitées dans toute la France, avec des difficultés énormes, des prises de risques incroyables, il faut mettre les choses à leur place», a répété Jean-Michel Blanquer.

Des dizaines d'établissements bloqués

Ces images, diffusées notamment sur les réseaux sociaux, ont suscité l'indignation. L'avocat Jean-Pierre Mignard a notamment annoncé dans un tweet son intention de saisir «l'IGPN (la police des polices) et le Défenseur des droits» face à cette «scène de guerre».

Des lycéens et étudiants ont rejoint depuis quelques jours la mobilisation des «gilets jaunes», relançant leurs revendications contre la réforme du bac et le système d'orientation Parcoursup.

Jeudi, 80 établissements ont été bloqués et «autour de 300 ont connu des incidents», a précisé le ministre. Plus de 700 personnes ont été interpellées.

«Il y a beaucoup de non-lycéens qui se mêlent à cela, et ce sont souvent malheureusement les lycéens qui se font prendre, parce que les autres sont des professionnels de la violence», a souligné Jean-Michel Blanquer, en appelant «au calme».

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Tango le 07.12.2018 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres petits...

    Oh les pauvres petits (délinquants), ils ont joué, ils ont perdus. Ils se sont fait attrapés car ils mettaient le bordel et au vu du grand nombre, la gendarmerie n'avait pas assez de menottes, ils n'allaient pas les laisser partir pour cause de manque de menottes?

  • Mick77 le 07.12.2018 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien fait

    que des racailles qui volent, brûle des véhicules et veulent casser du flic ...

  • kloe le 07.12.2018 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    démentielle

    inadmissible si les jeunes commencent leur vie par de la violence alors ou va t on ses jeunes devraient etre sévèrement punis aucune compation mais où sont.les parents ??

Les derniers commentaires

  • Paul Ice le 08.12.2018 01:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    E.D.U.C.A.T.I.O.N

    Pas mais alors pas choquée du tout ! Au contraire. Je félicite et je remercie les forces de l'ordre pour cette intervention nécessaire. Et j'espère que ces petits anars en herbe retiendront la leçon et se remettront à leurs études sans broncher

  • GuydeToulon le 08.12.2018 00:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne demande pas au Ministre d aimer ou pas ces i

    ...tenir son rôle , pas de fausse déclaration à la presse pour votre image , soutenez la loi !

  • Niki le 07.12.2018 23:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étrange

    ....et tout ça parce que Macronn'a pas été capable de répondre aux Français de suite en début de la crise mais il était en Amérique du S il était en bonne compagnie et n'a pas daigné rentrer plus vite. Il est trop jeune pr le job

    • Un peu de bonne foi svp le 11.12.2018 13:04 Report dénoncer ce commentaire

      @Niki

      Répondre quoi exactement ?!? Personne ne l'écoute de toutes façons ! Les GJ ont été invités à parlementer à l'Elysée et ils n'ont même pas voulus y aller !

  • Lolo le 07.12.2018 21:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Kim

    Il manque un kim jong un en France , juste pour 6mois

  • Seth Bert le 07.12.2018 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parents voyous, enfants voyous

    Et alors? Nous aurions été choqués si la police n ´ avait pas réagi! Ces jeunes voyous qui vandalisent les biens d ´ autrui méritent amplement de se faire sermonner avec la plus grande fermeté! Leurs parents n ´ ont pas été capables de les éduquer, il faut bien faire le boulot à leur place!