Vidéo polémique

02 juillet 2019 12:09; Act: 02.07.2019 15:20 Print

Ivanka Trump dézinguée: l'Elysée n'a rien vu venir

Publiées sur l'Instagram du gouvernement français, des images montrant la fille du président américain s'immiscer dans une conversation au G20 ont créé le malaise. L'Elysée n'avait «pas anticipé».

Sur ce sujet
Une faute?

Un peu dépassé par les événements, le palais de l'Elysée? En publiant, sur son compte Instagram, une vidéo montrant Ivanka Trump discuter avec Emmanuel Macron, Justin Trudeau, Theresa May et Christine Lagarde, le gouvernement français ne pensait pas provoquer un tel remue-ménage. Sur ces fameuses images tournées lors du G20 au Japon, la fille du président américain semble s'immiscer dans une discussion informelle entre grands de ce monde, et le malaise est palpable.

Les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux: certains se moqués d'«Ivanka l'incruste», tandis que d'autres, plus sérieusement, ont estimé qu'elle n'avait rien à faire là et que son statut de «Première fille» ne lui donnait aucune légitimité. Le hashtag #UnwantedIvanka (Indésirable Ivanka) a cartonné sur Twitter, à grand renfort de mèmes et autres détournements peu flatteurs.







Interrogée par le média américain Politico, l'Elysée avoue n'avoir «pas anticipé ces réactions».

Un membre du gouvernement français explique que cette vidéo a été réalisée «dans le salon des dirigeants avant les sessions sur l'égalité des sexes, dont Ivanka a été l'une des principales oratrices. Ce n'était donc rien de plus qu'un moment d'échange comme il y en avait 100 autres avec d'autres leaders.» La source citée par Politico ajoute que ces images ont été publiées dans un contexte de polémique faisant rage aux Etats-Unis sur le rôle diplomatique d'Ivanka Trump. Une controverse qui «dépasse» le gouvernement français, qui assure n'avoir pas cherché à mettre de l'huile sur le feu. «Nous n'avons pas anticipé la réaction, et une nouvelle fois, nous ne sommes pas responsables de l'utilisation faite du clip», a fait savoir l'Elysée. Contactée par le média, la Maison-Blanche n'a pas donné suite.

«C'est une vraie diplomate»

Ivanka Trump a le statut officiel de conseillère de son président de père. Régulièrement présente, avec son mari Jared Kushner, dans l'entourage resserré de Donald Trump au G20 d'Osaka, elle était également auprès de son père lors de sa rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un dans la Zone démilitarisée entre les deux Corées. Le jeune couple voyage régulièrement avec le milliardaire républicain, qui lui prêterait une oreille attentive.

Jared Kushner a notamment été chargé d'une lourde tâche: l'élaboration d'un plan de paix visant à résoudre le conflit israélo-palestinien. Donald Trump avait déclaré en avril avoir envisagé de nommer sa fille Ivanka à la tête de la Banque mondiale ou comme ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies. «C'est une vraie diplomate», «elle est très bonne avec les chiffres», avait-il avancé dans un entretien au magazine «The Atlantic», précisant y avoir renoncé afin de ne pas être accusé de «népotisme».

(joc/ats)