Captive pendant 18 ans

09 juin 2011 07:05; Act: 09.06.2011 07:12 Print

Jaycee Dugard va témoigner à la télévision

Jaycee Dugard,kidnappée en 1991 et retenue captive pendant 18 ans, va raconter son calvaire par la chaîne de télévision ABC.

Voir le diaporama en grand »
Jaycee Dugard, enlevée alors qu'elle était enfant et violée pendant 18 ans en Californie, va donner la première interview sur son calvaire à ABC, a annoncé la chaîne mercredi. Phillip Garrido et son épouse Nancy ont tous deux plaidé coupables de séquestration et viol, le 28 avril 2011. Ils avaient enlevé une ado de 14 ans en 1991. Jaycee Dugard, aujourd'hui âgée de 29 ans, avait été enlevée le 10 juin 1991, sous les yeux de son beau-père. Le couple soupçonné d'avoir kidnappé Jaycee Lee Dugard en la séquestrant pendant 18 ans avait d'abord plaidé non coupable des chefs d'accusation d'enlèvement, viol et séquestration. Jaycee Dugard avait été enlevée le 10 juin 1991 à South Lake Taohe, dans le comté d'El Dorado, à quelque 200 km au nord-est de San Francisco. La petite avait été enlevée sous les yeux de son beau-père Carl Probyn. Jeudi, le shérif adjoint du comté d'El Dorado, Fred Kollar, a annoncé que Jaycee Dugard, aujourd'hui âgée de 29 ans, avait été retrouvée «en bonne santé»... ...et détaillé le calvaire enduré par la jeune femme au cours des 18 dernières années. Selon les premiers éléments de l'enquête, la jeune femme vivait, depuis son enlèvement, séquestrée dans le jardin de la maison de son ravisseur, à Antioch, à 70 km à l'est de San Francisco. Elle a eu deux filles avec son bourreau. Le propriétaire de la maison et ravisseur présumé de Jaycee, Phillip Garrido, 58 ans, a été arrêté mercredi par le FBI... ...avec sa femme Nancy, a précisé le capitaine Daniel Terry, du bureau du shérif du comté de Contra Costa, où se trouve Antioch. Jaycee vivait dans une tente avec les deux enfants que lui a fait son ravisseur. C'est sur le chemin de l'école proche de l'arrêt de bus que Jaycee Dugard a été kidnapée le 10 juin 1991. Au 1554 Walnut, la maison des ravisseurs présumés, visible sur l'image satellite de Google Earth.

Sur ce sujet
Une faute?

Jaycee Dugard, enlevée alors qu'elle était enfant et violée pendant 18 ans en Californie, va donner la première interview sur son calvaire à ABC, a annoncé la chaîne mercredi.

Jaycee Dugard, dont les ravisseurs, Phillip et Nancy Garrido, ont été condamnés la semaine dernière à la prison à perpétuité, sera interviewée par la journaliste vedette Diane Sawyer quelques jours avant la sortie de son autobiographie «A Stolen Life» (Une vie volée), prévue le 12 juillet.

Jaycee «Dugard sera interrogée sur l'histoire extraordinaire et poignante de sa captivité (et) sur sa réunion avec sa famille», annonce ABC.

Vive émotion

La jeune femme, qui a eu deux enfants de Phillip Garrido, avait été retrouvée en août 2009, après avoir disparu en 1991 alors qu'elle n'avait que 11 ans. Les enquêteurs avaient découvert qu'elle avait vécu ces 18 années avec ses enfants, aujourd'hui âgés de 13 et 16 ans, dans des cabanons sordides dissimulés au fond du jardin des Garrido, à 70 km à l'est de San Francisco.

La découverte de Jaycee Dugard avait provoqué une vive émotion à travers les Etats-Unis, faisant les gros titres de la presse et des journaux télévisés pendant plusieurs jours.

Dans son témoignage devant le Grand jury, rendu public après la condamnation de ses ravisseurs, Jaycee Dugard relate le moment où elle a été enlevée alors qu'elle se tenait au bord de la route le 10 juin 1991.

Jaycee peine à réaliser

Un conducteur s'est arrêté à sa hauteur et lui a demandé de lui indiquer une direction. Puis «soudain, ses mains jaillissent par la fenêtre de la voiture, et je sens ce choc. Et je bascule en arrière dans les... dans les buissons», a-t-elle raconté.

«Maintenant je suis assise dans les buissons, essayant de m'enfuir, mais je sens que tout mon corps ne... ne répond plus. Je ressens des picotements et je ne peux... rien ne fonctionne. Et tout à coup je suis dans la voiture, et il y a quelque chose au-dessus de moi», a-t-elle raconté. Elle a alors entendu un homme, qui disait en riant: «je n'arrive pas à croire qu'on s'en soit sorti».

(afp)