Italie

14 novembre 2019 14:13; Act: 14.11.2019 15:00 Print

Jour de répit à Venise avant un nouveau pic

La situation se détend un peu ce jeudi à Venise, tandis qu'une nouvelle montée des eaux est attendue vendredi.

Une faute?

Venise, traumatisée par une marée haute jamais vue en 53 ans, profitait d'un répit jeudi tandis que le gouvernement doit décréter l'état d'urgence pour catastrophe naturelle en vue de trouver des solutions afin d'éviter une disparition à terme d'une des merveilles du monde.

Même si les 50'000 habitants du centre classé au patrimoine mondial par l'Unesco se sont réveillés au son des sirènes d'alarme, l'«acqua alta» (marée haute) du matin a été plutôt modérée, s'arrêtant à 1,13 m de hauteur, à 10h30. Bien moins que mardi soir quand elle avait atteint 1,87 cm, le deuxième record historique derrière celui du 4 novembre 1966 (1,94 m).

La situation sur la place Saint-Marc était par conséquent nettement moins tendue: des touristes insouciants s'amusaient à patauger, cuissardes en plastique orange, bleues ou jaunes aux pieds. La Sérénissime reçoit 36 millions de touristes par an dont 90% d'étrangers.

«Pour un touriste, c'est génial, mais pour les personnes qui vivent ici, c'est un vrai problème», raconte à l'AFP Cornelia Litschauer, une Autrichienne de 28 ans. Son chihuahua blanc Pablo dans les bras, elle observe pensivement la majestueuse place baignant de nouveau dans l'eau: «C'est étrange, les touristes prennent des photos mais la ville souffre.»

Dans les prochains jours, le dernier pic important, d'1,45 m, est attendu pour vendredi vers 11h20, selon le Centre de surveillance des marées.

Italie: Venise touchée par une marée haute historique

Le premier ministre Giuseppe Conte, présent sur les lieux depuis la veille, a supervisé une réunion de crise à la préfecture et effectué un tour en bateau des commerces, encore nombreux à garder portes closes tout comme les musées et les écoles. Certains hôtels se plaignent d'annulations de réservations pour la période cruciale des fêtes de fin d'année.

Aux journalistes, Giuseppe Conte a annoncé que le conseil des ministres prévu pour dans l'après-midi prendrait «un décret sur l'état d'urgence» afin d'«adopter les premières aides financières» permettant de «rétablir les services publics».

Cette procédure, souvent utilisée dans une péninsule régulièrement frappée par des désastres (séismes, éruptions volcaniques et glissements de terrain), dote le gouvernement de «pouvoirs et moyens exceptionnels».

Les dégâts se chiffrant en «centaines de millions d'euros», le décret débloquera «immédiatement» des fonds pour indemniser la population, «5000 euros pour les particuliers et 20'000 euros pour les commerces», a ajouté Giuseppe Conte.

Enfin, le 26 novembre, un comité spécial sur Venise sera convoqué pour «discuter de la gestion générale des problèmes concernant Venise et en particulier ses infrastructures». Toutes les questions y seront abordées, selon le chef du gouvernement, y compris un plan de contournement du centre historique pour les paquebots de croisière et le méga-projet Moïse de digues censées protéger la lagune.

En attendant, les Vénitiens se réorganisent.

«Je vis de ça, que puis-je faire d'autre ?» explique à l'AFP Stefano Gabbanoto, 54 ans, en ouvrant près du Palais Ducal son kiosque à journaux, avant de le refermer le temps de la marée haute.

Pour Jay Wong, 34 ans, et sa fiancée Sabrina Lee, leur voyage à Venise s'est transformé en «une aventure» et «une bonne expérience», même si Sabrina souffre du «froid» humide caractéristique de la cité en novembre.

Tout en multipliant photos et vidéos pour s'immortaliser sous un soleil timide, Jay souligne que «le séjour était planifié depuis longtemps, nous n'aurions pas pu le changer».

Comme la plupart des visiteurs, ils sont peu au fait du risque d'engloutissement que court la Sérénissime, bâtie sur 118 îles et îlots en majorité artificiels et sur pilotis. La ville s'est enfoncée de 30 cm dans la mer Adriatique en un siècle.

Pour le ministre de l'Environnement Sergio Costa, la situation est aggravée par le réchauffement climatique et la «tropicalisation» de la météo avec d'intenses précipitations et de fortes rafales de vent.

Moïse pour sauver Venise?

Les écologistes montrent aussi du doigt l'expansion du grand port industriel de Marghera, situé en face de Venise sur la terre ferme, et le défilé des bateaux de croisière géants.

La marée de mardi soir combinée aux bourrasques et à la pluie a submergé 80% de la cité lacustre, selon le gouverneur de la région Luca Zaia. Un septuagénaire est mort électrocuté chez lui.

L'«acqua alta» a renversé des gondoles, projeté des vaporetti (autobus fluviaux) sur le rivage, inondé les commerces. Les 160 pompiers mobilisés ont dû effectuer 400 interventions dans la nuit (pompages, récupération d'embarcations ayant coulé).

De nombreux responsables dont le maire de Venise Luigi Brugnaro ont appelé à mettre en service «au plus vite» le projet de digues MOSE (Moïse en italien, acronyme de Module expérimental électromécanique). Selon le premier ministre Conte, il est «prêt à 93%» et sera «vraisemblablement terminé pour le printemps 2021».

Moïse, jugé trop coûteux et inefficace par les écologistes, s'appuie sur 78 digues flottantes qui devraient se lever pour fermer la lagune en cas de montée de l'Adriatique jusqu'à trois mètres de hauteur.

Entamé en 2003, il devait être inauguré en 2016 mais a pris du retard à cause de malfaçons et d'enquêtes sur des soupçons de corruption. Son coût a explosé: de deux milliards initialement à six milliards d'euros.

(nxp/afp)