WikiLeaks

11 avril 2019 18:46; Act: 11.04.2019 18:46 Print

Julian Assange: 2487 jours après, et maintenant?

Réfugié depuis 2487 jours dans l'ambassade d'Equateur à Londres, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a finalement été arrêté jeudi par Scotland Yard. Se pose désormais la question de son sort.

Sur ce sujet
Une faute?

Arrestation rarissime dans une ambassade

Julian Assange a été arrêté dans les murs de l'ambassade équatorienne par la police britannique, à l'invitation, selon WikiLeaks, de l'ambassadeur équatorien. La Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques précise qu'une intervention des forces de l'ordre du pays hôte est possible «avec le consentement du chef de la mission», ce qui a été le cas dans l'affaire Assange.

Les autorités équatoriennes s'agaçaient depuis quelque temps de ses «violations répétées» aux règles régissant ses conditions d'asile, un grief renouvelé jeudi par le président équatorien Lenin Moreno. Selon Scotland Yard, l'arrestation répond à la fois à un mandat délivré en juin 2012 par un tribunal londonien pour non présentation au tribunal et à une demande d'extradition américaine.

Que risque Assange?

Sitôt arrêté, Julian Assange a comparu devant un tribunal londonien qui l'a reconnu coupable d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire, délit passible d'un an de prison. Il est ou a été recherché par la justice d'autres pays, notamment aux Etats-Unis.

A l'origine de la publication en 2010 de nombreux documents officiels américains, le fondateur de WikiLeaks a fait l'objet dans ce pays d'une inculpation censée rester secrète mais dont l'existence a été révélée de manière fortuite par des procureurs en novembre. Le ministère américain de la Justice a finalement confirmé jeudi que le cybermilitant de 47 ans était inculpé de «piratage informatique» et encourait une peine maximale de cinq ans de prison.

Julian Assange a aussi été visé par deux accusations, l'une pour viol et l'autre pour agression sexuelle, en Suède. C'est pour échapper à une arrestation dans ces affaires qu'il s'était réfugié dans l'ambassade d'Equateur le 19 juin 2012.

La plainte pour agression sexuelle a été frappée par la prescription en 2015, puis la Suède a abandonné les poursuites dans la deuxième affaire en mai 2017, faute de pouvoir faire avancer l'enquête.

A l'annonce de l'arrestation jeudi, l'avocate de la plaignante a réclamé la réouverture de l'enquête. «Nous allons tout faire pour que les procureurs rouvrent l'enquête suédoise et qu'Assange soit remis à la Suède et traduit en justice pour viol», a déclaré Elisabeth Massi Fritz à l'AFP. Il encourait alors six ans de prison.

Quelles garanties?

Le président Moreno a dit jeudi avoir demandé et obtenu des autorités britanniques que Julian Assange ne soit pas extradé vers un pays où il risquerait la peine capitale. «J'ai demandé à la Grande-Bretagne la garantie que M. Assange ne serait pas extradé vers un pays où il pourrait être torturé ou condamné à mort. Le gouvernement britannique me l'a confirmé par écrit», a-t-il assuré.

L'attitude des autorités britanniques va maintenant être scrutée attentivement. «Personne n'est au-dessus des lois», ont dit en choeur la première ministre Theresa May, le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, et le chef de la diplomatie, Jeremy Hunt.

Quid du droit?

Pour WikiLeaks, l'Equateur a «illégalement mis fin» à l'asile politique de Julian Assange «en violation du droit international», australien de naissance mais naturalisé équatorien en 2017. L'Equateur lui fait courir le risque de «graves» violations de ses droits, s'est inquiétée la rapporteure de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Agnès Callamard.

La diplomatie équatorienne a de son côté annoncé que Julian Assange avait été déchu de sa nationalité équatorienne. La décision de lui retirer l'asile politique a été prise «de manière souveraine», a indiqué le président Moreno. Depuis l'arrivée de celui-ci au pouvoir en mai 2017, le traitement accordé à Julian Assange a changé.

Selon Ben Wizner, un responsable de l'Union américaine pour les libertés civiles, «toute poursuite des Etats-Unis contre M. Assange pour les publications de WikiLeaks serait sans précédent et inconstitutionnelle, et ouvrirait la porte à des enquêtes criminelles visant d'autres organes de presse».

(20 minutes/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • PB le 11.04.2019 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vilant

    Être inculpé pour avoir publié la vérité, c est moche... Les personnes ou États cités dans les documents ont ils été inculpé? Lorsque les USA ont été pris la main dans le sac sur leur intrusion dans les différentes administrations alliés, ont ils été dérangé? Affaire à suivre

  • Jerry le 11.04.2019 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte aux gouvernements

    Elles sont belles nos démocraties où l'on se fait arrêter pour avoir dénoncer des crimes commis par des États. Et un grand merci à ces collabos pour avoir permis son arrestation. Dans 100 ou 200 ans il y aura des statues de M. Assange pour louer son action

  • Carole le 11.04.2019 19:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte

    Les gouvernements refusent de protéger les lanceurs d'alerte pour éviter de divulguer ce qui se passe en coulisses. Les prétextes juridiques ont un but principalement politique: empêcher la personne de parler. C'est une honte! Quand va-t-on les protéger?

Les derniers commentaires

  • NT le 12.04.2019 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La coiffure

    J'ai cru qu'on avait arrêté Jacques DAssange, le coiffeur. Oufff

  • the truth le 12.04.2019 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    entre criminel !

    N'oubliez pas que ce Monsieur Assange est suspecté de viol et qu'il est rentré à l'ambassade pour éviter le procès ! S'il avait rien à se reprocher, il aurait surement pas fait tout ceci ! Ce mec n'est pas totalement un héro !

    • Liberty Kid le 12.04.2019 18:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @the truth

      Mouais, bon. Sais-tu qu'en Suède il suffit qu'une femme croie t'entendre penser érotiquement pour te retrouver inculpé de viol. J'exagère à peine.

  • Vivian Chevrier le 12.04.2019 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    Combien ça coûte un Assange?

    En février 2019, l'Equateur reçoit 10.2 milliards du FMI... En avril 2019, Assange est livré à l'acheteur. Deux mois de délai de livraison, comme pour une voiture neuve. Je sais, je sais, c'est une simple coïncidence...

  • Candide le 12.04.2019 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assange

    M. Assange est victime du Nouvel Ordre Mondial. Je viens de voir un reportage de passé 4 heures sur ce sujet. Terrifiant! M. Assange est l'exemple type de ce qui se passera pour tous ceux qui ne penseront pas comme ces Messieurs-Dames.

    • Fabien le 12.04.2019 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Candide

      Vos sources?

    • Wade C'est Toi? le 12.04.2019 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Candide

      Comme leaving Neverland?

  • Thomas le 12.04.2019 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    bon ...

    vivre caché, dénoncer anonymement