Affaire Timochenko

04 mai 2012 09:46; Act: 04.05.2012 10:44 Print

Kiev et Berlin s'empoignent

Kiev menace Berlin de conséquences économiques. Cette dernière a indiqué ne pas vouloir signer un accord d'association avec l'Ukraine en raison de l'affaire Timochenko.

Sur ce sujet
Une faute?

Un cacique du parti du président ukrainien Viktor Ianoukovitch a menacé l'Allemagne de conséquences économiques, alors que Berlin et Kiev s'empoignent sur le sort de l'opposante Ioulia Timochenko, dans un entretien publié vendredi.

«Les fabricants allemands vont perdre», a prévenu Léonid Kojara, vice-président du parti du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, dans une interview mise en ligne sur le site de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Accord pas ratifié

Jeudi, le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, avait indiqué que les pays de l'UE ne voulaient pas ratifier l'accord d'association avec l'Ukraine en raison de l'affaire Timochenko. «Sans accord, l'accès allemand au marché ukrainien sera limité», a ajouté M. Kojara.

«Il me semble que le cas Timochenko a pris une tournure très personnelle pour certains hommes politiques occidentaux», a continué le député Kojara.

Politiser l'euro-foot

L'Ukraine avait dénoncé jeudi les tentatives «destructrices» de politiser l'Euro-2012 de foot, recevant sur ce point le soutien du dirigeant russe Vladimir Poutine, après des appels en Europe à un boycott politique pour dénoncer le sort de Ioulia Timochenko.

Emprisonnée depuis août 2011, puis condamnée en octobre à sept ans de prison, Mme Timochenko, une ancienne Premier ministre, a entamé le 20 avril une grève de la faim pour protester contre des violences qu'elle affirme avoir subies en prison.

(afp)