Conseil de l'Europe

25 juin 2019 12:38; Act: 25.06.2019 13:01 Print

Kiev suspend sa participation à l'Assemblée

L'Ukraine proteste contre le retour de la délégation russe à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

storybild

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit pour sa part «déçu» par la décision de l'APCE. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Ukraine a annoncé mardi son intention de suspendre sa participation aux travaux de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). L'assemblée vient d'autoriser le retour de la délégation russe, mettant fin à cinq ans de crise institutionnelle avec Moscou.

«La décision de la délégation ukrainienne: arrêter sa participation aux travaux de l'APCE hormis pour les questions liées à la suspension des droits de la délégation russe», a affirmé sur Facebook Volodymyr Ariev, le chef de la délégation ukrainienne.

La délégation demandera également que cette question soit abordée en urgence au Parlement ukrainien et que le président et le ministère des Affaires étrangères «déterminent une position claire» sur le futur de la participation de Kiev aux instances du Conseil de l'Europe, a ajouté M. Ariev.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit pour sa part «déçu» par la décision d'autoriser un retour de la Russie, affirmant avoir essayé de dissuader la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron de le soutenir.

«Il est dommage que nos partenaires européens ne nous aient pas écoutés et qu'ils aient agi différemment», a-t-il indiqué sur Facebook, tout en saluant la «délégation ukrainienne et ses alliées», qui se sont «battues jusqu'au bout» contre cette décision.

Débat houleux

Après neuf heures de débat houleux et le vote de multiples amendements, les parlementaires des Etats membres du Conseil de l'Europe ont voté dans la nuit de mardi la possibilité pour la Russie de participer de nouveau à l'APCE, ce qui n'était plus le cas depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en 2014.

Sans pouvoir contraignant, l'APCE, l'un des organes du Conseil de l'Europe - basé à Strasbourg et indépendant de l'Union européenne - émet des recommandations ou demande des comptes aux gouvernements sur les droits de l'homme et la démocratie.

La Russie, qui entretient une histoire houleuse avec l'organisation vieille de 70 ans, avait menacé de quitter purement et simplement le Conseil de l'Europe. Ce qui aurait été une première et aurait privé les citoyens russes de tout recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), son bras juridique.

(nxp/ats)