La Réunion

19 décembre 2011 21:56; Act: 20.12.2011 10:26 Print

L’île tente d’oublier le décès de l’un des siens

par Grégory Beaud, Saint-Gilles - Depuis le 19 septembre, les plages de l’île de la Réunion sont fermées en raison des attaques de requins. Trois mois après un décès tragique, les autorités ont décidé de les rouvrir.

Sur ce sujet
Une faute?

Sur la plage de Boucan Canot, une stèle rappelle la mort de Mathieu Schiller. Ce moniteur de surf était une légende de ce sport très prisé. A quelques pas d’où a été retrouvé son corps déchiqueté, ses amis lui ont rendu hommage. Son décès a fait trembler l’île de la Réunion, qui vit depuis dans la psychose. Hormis sur les quelques plages abritées derrière la barrière de corail, la baignade est interdite.

Filets anti-requin

Aujourd’hui, vacances obligent, l’accès à l’océan sera à nouveau permis. La surveillance des maîtres nageurs sera permanente sur un périmètre défini. Des filets ont été tissés afin de minimiser les risques de rencontres impromptues. «Ce dispositif a été mis en place dans le strict respect de la faune et de la flore, précise Eric Pesnel, chef des plages de la commune de Saint-Paul. Le but est évidemment d’assurer une baignade sécurisée tout en étant parfaitement conscient que le risque zéro n’existe pas.»

Tourisme omniprésent

L’impact économique de cette fermeture rendue nécessaire n’était plus possible à surmonter pour ce département français qui dépend énormément du tourisme. «Nous avons besoin de visiteurs pour vivre, a lâché Jean-Charles Bray, tenancier d’une échoppe de surf proche du port. Moi, j’ai pu diversifier mes activités pour surmonter le coup. Pour d’autres, cette réouverture était une nécessité.»

Ces mesures exceptionnelles font toutefois grincer des dents certains habitants: «Le danger n’est pas plus grand, a confié un sauveteur d’une plage privée. Ce sont simplement les surfeurs qui sont toujours plus nombreux et de moins en moins disciplinés.» A Boucan Canot, on espère simplement que la foudre ne tombera pas deux fois au même endroit.