Crise politique

17 septembre 2019 21:40; Act: 18.09.2019 13:05 Print

L'Espagne «vouée» à retourner aux urnes

Le roi d'Espagne Felipe VI a annoncé mardi qu'il n'allait proposer aucun candidat au poste de chef de gouvernement.

storybild

Pedro Sanchez et le roi d'Espagne Felipe VI. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Parlement va être dissous et l'Espagne va retourner aux urnes le 10 novembre pour la quatrième fois en quatre ans. Le roi d'Espagne Felipe VI a annoncé mardi qu'il n'allait proposer aucun candidat au poste de chef de gouvernement.

«Aucun candidat ne compte les appuis nécessaires pour que la chambre des députés lui octroie sa confiance», indique un communiqué du palais royal. Le socialiste Pedro Sanchez, vainqueur des élections législatives de la fin d'avril, mais sans majorité absolue à la chambre, n'est pas parvenu à obtenir les soutiens nécessaires à sa reconduction au pouvoir.

«Le pays est voué à [organiser] de nouvelles élections le 10 novembre», a reconnu mardi Pedro Sanchez après avoir été reçu par le roi d'Espagne Felipe VI qui menait depuis lundi des discussions de la dernière chance.

«Le résultat est clair: il n'y a aucune majorité à la chambre des députés pouvant garantir la formation d'un gouvernement, a ajouté le socialiste. J'ai essayé par tous les moyens, mais ils m'ont rendu la tâche impossible», a-t-il encore dit en référence à ses adversaires, qui l'ont eux accusé d'avoir voulu dès le départ de nouvelles élections.

Cette annonce est intervenue après deux jours de consultations de la dernière chance menées par le souverain au palais de la Zarzuela avec les chefs des partis représentés au Parlement.

Instabilité depuis 2015

L'Espagne souffre d'instabilité politique depuis que le bipartisme a volé en éclats en 2015 avec l'entrée en force au Parlement de la gauche radicale de Podemos et des libéraux de Ciudadanos. Le Parlement est encore plus fragmenté depuis l'émergence de l'extrême droite de Vox au dernier scrutin.

Dans un contexte délicat pour l'Espagne sur fond de ralentissement économique et à quelques semaines de la sentence judiciaire sensible contre douze indépendantistes catalans, cette nouvelle impasse va entraîner la dissolution automatique du Parlement le 23 septembre et la convocation d'un quatrième scrutin en quatre ans.

En juillet, Pedro Sanchez avait échoué à obtenir la confiance des députés, faute d'accord avec la gauche radicale de Podemos sur un gouvernement de coalition. Les discussions avec Podemos avaient repris depuis lors, mais sans sortir de l'impasse. La gauche radicale exigeait toujours de rentrer au gouvernement alors que les socialistes proposaient eux un simple programme commun.

Offre surprise des libéraux

Le parti libéral Ciudadanos a bien fait une offre surprise de dernière minute, mais elle semblait vouée à l'échec. Albert Rivera, le chef de Ciudadanos, avait proposé l'abstention sous conditions de sa formation et celle des conservateurs du parti populaire, pour faciliter l'investiture de Pedro Sanchez, dont il ignorait jusque-là les appels du pied.

Mais il exigeait en échange que Pedro Sanchez s'engage à ne pas gracier les indépendantistes catalans s'ils sont condamnés prochainement par la cour suprême pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017.

Il réclamait aussi que les socialistes défassent le gouvernement régional qu'ils ont formé en Navarre et s'allient à la droite afin que leur majorité ne dépende pas du parti séparatiste basque Bildu. Dans tous les cas, le PP, dont les voix étaient indispensables pour que cette offre prospère, a rejeté cette proposition.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • k-rl le 17.09.2019 22:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    joder

    Que le roi reprenne les pleins pouvoirs et voilà !!! de nos jours les politiciens sont là pour leur carrière et se faire du pognon, le peuple il s'en foute, on est quoi pour eux? rien du tout...et ça dans tout les pays du monde.

  • respecter les votes le 18.09.2019 07:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    scandales démocratiques

    L'Italie aussi doit retourner aux urnes, ce serait la moindre des choses

  • observatrice le 18.09.2019 07:36 Report dénoncer ce commentaire

    démission Sanchez

    jespère juste que Sanchez va pas se présenter lui, après les affaires de plagiat, mensonges,ect , ne pas savoir négocier un gouvernement , si bien ce lui que a u la majorité c'etai pas assez pour imposer sa politique, fallait négocier avec les autres politiques, eux aussi représentant des idées des autres espagnol, il a pas voulu écouter autres idées,les autres autres espagnol........je trouve que ce pas un bon politicien

Les derniers commentaires

  • manipulations étatiques le 18.09.2019 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les Suisses aussi devraient voter

    Les Suisses devraient aussi voter pour l'accord-cadre et le pacte des réfugiés de l'ONU, et encore faudrait il publier le contenu complet de ces inepties

  • respecter les votes le 18.09.2019 07:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    scandales démocratiques

    L'Italie aussi doit retourner aux urnes, ce serait la moindre des choses

    • Ibis le 18.09.2019 09:37 Report dénoncer ce commentaire

      Girouette

      Et pourquoi exactement? Juste parce qu'un arriviste mégalo a décidé de torpiller le gouvernement précédent en regardant les sondages?

  • observatrice le 18.09.2019 07:36 Report dénoncer ce commentaire

    démission Sanchez

    jespère juste que Sanchez va pas se présenter lui, après les affaires de plagiat, mensonges,ect , ne pas savoir négocier un gouvernement , si bien ce lui que a u la majorité c'etai pas assez pour imposer sa politique, fallait négocier avec les autres politiques, eux aussi représentant des idées des autres espagnol, il a pas voulu écouter autres idées,les autres autres espagnol........je trouve que ce pas un bon politicien

  • Gérard du Vaud le 17.09.2019 23:06 Report dénoncer ce commentaire

    on a nos problèmes en Suisse

    ce qui ce passe en Espagne c'est pas le problème des Suisses. point. On a nos problèmes ici, et les Espagnols n'ont rien à battre des problèmes suisses. point. Donc on a rien à dire. S'ils veulent un roi, c'est leur problème. Nous Suisses, on a pas de roi, et on n'en veut pas. Si on veut un roi, on fait une votation. Si on est pour le roi, alors on en cherche un. C'est pas les nobles royaux qui manquent en Europe, Il y en a plein les rues. On tape dans un arbre, y'en a 10 qui tombent. Suffit de se baisser pour en avoir un. point.

    • Blake Magic le 18.09.2019 00:00 Report dénoncer ce commentaire

      Point de suspicion

      Dis, si tu mets un point après tes « point » , pourquoi n'écris-tu pas point point sans point?

    • Arnaud E le 18.09.2019 08:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gérard du Vaud

      Je vous suggère de ne lire que les articles concernant la Suisse et laisser les personnes qui s'intéressent à ce qu'il se passe au delà tranquille en leur épargnant vos points, ils vous en seront reconnaissant.

  • Juan Antonio Jesus Pedro Etc le 17.09.2019 22:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Yaka

    L'Espagne... un pays malheureusement en totale décadence ... à droite toute si c'est pas trop tard

    • Casper69 le 17.09.2019 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Juan Antonio Jesus Pedro Etc

      d'accord pour la décadence.... ce serait plutôt à gauche toute....

    • murdock le 18.09.2019 07:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Juan Antonio Jesus Pedro Etc

      Cette recette a été utilisée pendant plus de 40 ans... Ça pas donné grand chose...

    • Karim le 18.09.2019 09:15 Report dénoncer ce commentaire

      @Juan Antonio Jesus Pedro Etc

      Je sais pas si ils sont en pleine décadence, mais y vivant à l'année, je peux vous dire qu'ils sont beaucoup plus heureux et avec une qualité de vie bien meilleure qu'en Suisse. Ici avec 1'500 euros, vous vivez très convenablement, et au soleil au bord de la mer. Cordialement

    • Ibis le 18.09.2019 09:39 Report dénoncer ce commentaire

      @Juan Antonio Jesus Pedro Etc

      C'est sûr que l'Espagne franquiste a été un modèle de réussite sociale et économique...