Norvège

29 juin 2015 18:03; Act: 29.06.2015 18:19 Print

L'Etat accuse l'Église catholique de fraude

La Norvège réclame à l'Église catholique 4,6 millions d'euros en réparation d'une fraude consistant à exagérer le nombre de ses fidèles pour toucher plus d'aides publiques.

Sur ce sujet
Une faute?

Le diocèse est accusé d'avoir passé au crible les annuaires téléphoniques à la recherche d'immigrés aux noms laissant penser qu'ils étaient originaires de pays catholiques, et de les avoir ajoutés à la liste des membres de l'Église catholique, parfois à leur insu.

La minorité catholique romaine de Norvège, pays à majorité protestante, revendiquait 140'000 membres début 2014, plus du double de 2010.

Le quotidien Dagbladet, qui avait fait éclater le scandale, a révélé lundi que le diocèse avait reçu une lettre de l'administration lui réclamant ces 40,6 millions de couronnes de trop-perçus.

Interrogée par l'AFP, la porte-parole du diocèse, Lisa Wade, a confirmé le contenu de la lettre. Elle a indiqué que l'Église ne paierait pas la somme pour le moment, pour la contester à l'échelon supérieur, devant le ministère de la Culture.

«Nous avons une interprétation très différente de la loi. Elle est complexe. Ce n'est pas comme s'il s'agissait d'une affaire claire et nette», a-t-elle expliqué.

Vague d'immigration

En mars, le diocèse avait publié les résultats de son enquête interne sur le sujet. Il avait découvert près de 7000 «inscriptions erronées» et près de 21'000 autres demandant un examen approfondi, mais avait nié toute intention de fraude.

Pour expliquer ce recensement généreux, l'Église a fait valoir qu'à partir de 2005, le pays avait connu une importante vague d'immigration de catholiques, notamment polonais, qui ont pratiqué sans être recensés. Cet afflux aurait fait augmenter les dépenses sans que les aides publiques suivent.

Y voyant une affaire de «fraude aggravée», la police avait effectué une perquisition dans des locaux de l'Église catholique en février, dans le cadre d'une enquête visant le diocèse, l'évêque et son trésorier.

(afp)