Satellite

16 juin 2011 10:24; Act: 16.06.2011 10:30 Print

L'Iran va envoyer un singe dans l'espace

L'Iran va envoyer un singe dans l'espace en août prochain, a déclaré Hamid Fazeli, responsable de l'organisation spatiale iranienne, au lendemain de l'envoi du satellite Rassad-1.

Une faute?

«Selon le plan, la fusée Kavoshghar-5 sera envoyée durant le mois de Mordad (23 juillet - 22 août) avec une capsule de 285 kilogrammes et un singe à bord à une altitude de 120 kilomètres», a déclaré M. Fazeli.

En février dernier, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait dévoilé une capsule spatiale capable d'emmener un singe dans l'espace.

A l'époque, M. Fazeli avait affirmé que «l'envoi de cette capsule (en orbite) est la première étape menant à l'envoi d'un homme dans l'espace».

En février 2010 déjà, un rat et une tortue

L'Iran avait envoyé pour la première fois en février 2010, des animaux dans l'espace --un rat, une tortue et des vers-- avec une fusée Kavoshghar-3.

Mercredi, l'Iran a lancé avec succès dans l'espace le satellite Rassad-1, qui a été placé à 260 kilomètres d'altitude.

Rassad-1, a une durée de vie de deux mois et fait 15 fois le tour de la terre en 24 heures. Il est capable de prendre des photographies de la terre d'une précision de 150 mètres qui sont envoyées vers quatre stations différentes.

Rassad (Observation) est un satellite d'observation construit par l'université Malek Ashtar de Téhéran, dépendant des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime.

Lancement reporté

Son lancement avait été annoncé pour août 2010 avant d'être reporté.

Téhéran avait lancé un premier satellite, Omid, en février 2009. La fusée Safir avait été utilisée pour son lancement.

M. Fazeli a également annoncé le lancement en octobre du «satellite Fajr, avec une durée de vie d'un an et demi, qui sera placé à une altitude de 400 kilomètres et pourra envoyer des photographies d'une précision de 100 mètres de la terre».

La politique spatiale de l'Iran inquiète les Occidentaux qui craignent que Téhéran n'utilise sa technologie, notamment pour le lancement de fusées, afin d'augmenter ses capacités balistiques dans le domaine militaire.

Malgré les démentis iraniens, les Occidentaux soupçonnent Téhéran de chercher à se doter de l'arme atomique et de missiles capables de transporter des têtes nucléaires à longue distance.

(afp)