Inondations

14 novembre 2019 20:57; Act: 15.11.2019 08:00 Print

L'Italie décrète l'état d'urgence à Venise

Les autorités italiennes vont débloquer 20 millions d'euros à destination de la Sérénissime, durement touchée par une «acqua alta» historique.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Gouvernement italien a décrété jeudi l'état d'urgence pour catastrophe naturelle à Venise, dévastée par la pire marée haute en 53 ans. Il va débloquer vingt millions d'euros «pour les interventions les plus urgentes», a tweeté le premier ministre, Giuseppe Conte.

Cette procédure, annoncée à l'issue d'un conseil des ministres, est souvent utilisée dans une Italie régulièrement frappée par des désastres (séismes, éruptions volcaniques et glissements de terrain). Elle dote le gouvernement de «pouvoirs et moyens exceptionnels».

Les dégâts, d'ores et déjà chiffrés à «des centaines de millions d'euros», devront donner lieu à des évaluations précises, mais, en attendant, le décret permettra «immédiatement» de verser «5000 euros pour les particuliers et 20'000 euros pour les commerces», selon M. Conte.

«Nous n'abandonnons pas Venise»

«Nous n'abandonnons pas Venise», a déclaré le chef du gouvernement, qui a visité la ville inondée jeudi. Après une réunion de crise à la préfecture, il a parcouru les canaux de la ville pour réconforter les commerçants, nombreux à garder portes closes, comme les musées et les écoles.

L'ex-président du Parlement européen Antonio Tajani s'est de son côté entretenu avec l'Autrichien Johannes Hahn, responsable du budget dans la future Commission européenne, pour s'assurer que la Cité des Doges reçoive une aide du Fonds de solidarité européen. Selon l'association professionnelle Confesercenti, 90% des magasins et artisans du centre-ville ont subi des dégâts.

Un comité spécial sur Venise se réunira aussi le 26 novembre pour «discuter de la gestion générale des problèmes», dont un plan de contournement du centre historique pour les paquebots de croisière et le méga-projet Moïse de digues censées protéger la lagune.

Marée modérée

Les responsables politiques affluent au chevet de la Sérénissime: l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi y est allé jeudi, l'ex-ministre de l'Intérieur de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini devrait s'y déplacer vendredi.

Jeudi, la marée haute du matin a été plutôt modérée, atteignant 1,13 mètre à 10h30, loin des 187 centimètres de mardi soir, le deuxième record historique derrière celui du 4 novembre 1966 (1,94 mètre). Cette «acqua alta» avait submergé 80% de la cité lacustre, provoqué la mort d'un septuagénaire, renversé des gondoles et des vaporetti et entraîné plus de 400 interventions des pompiers.

Grâce à ce répit, l'humeur était plutôt joyeuse. Les touristes s'amusaient à sillonner l'immense place Saint-Marc chaussés de bottes en plastique, orange, bleues ou jaunes, ou à siroter un café les pieds dans l'eau dans les quelques bars ou restaurants ouverts.

Faire fonctionner Moïse

Pour le ministre de l'Environnement, Sergio Costa, la fragilité de Venise s'est accrue en raison de la «tropicalisation» de la météo, avec d'intenses précipitations et de fortes rafales de vent, liées au réchauffement climatique.

Les écologistes montrent aussi du doigt l'expansion du grand port industriel de Marghera, situé en face sur la terre ferme, et le défilé des bateaux de croisière géants. De nombreux responsables, dont le syndic de Venise, Luigi Brugnaro, ont appelé à mettre en service «au plus vite» le projet de digues MOSE (Moïse en italien, acronyme de Module expérimental électromécanique).

«Cet ouvrage d'ingénierie va finir par coûter six milliards d'euros, il faut le faire fonctionner», a estimé la ministre des Infrastructures, Paola de Micheli. Pour donner un coup d'accélérateur au chantier, le gouvernement a nommé une commissaire spéciale, la Romaine Elisabetta Spitz.

Lancé en 2003 et retardé par des malfaçons et des enquêtes pour corruption, Moïse s'appuie sur 78 digues flottantes qui se relèvent et barrent l'accès à la lagune en cas de montée de l'Adriatique jusqu'à trois mètres de hauteur. De récents tests ont permis d'identifier des vibrations et de la rouille mais, selon M. Conte, il est «prêt à 93%» et sera «achevé au printemps 2021».

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Circo Loco le 14.11.2019 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Italie, un pays riche...

    ...des italiens renommés dans le monde entier pour la qualité de leur travail et leur enthousiasme, un beau pays aux multiples ressources et puis, et puis. Cette incapacité endémique à terminer un grand projet comme et quand il aurait du être, ce goût prononcé pour la polémique, les compromis au rabais, la corruption, les financements européens qui disparaissent, les collusions avec la pègre. Et le « Mose » qui ne fonctionne pas, les politiciens véreux qui s'insultent et se rejettent la faute. C'est assez pathétique.

  • julie de Fribourg le 14.11.2019 23:32 Report dénoncer ce commentaire

    paquebots dehors

    et s'ils commençaient à refuser l'accostage de ces immenses navires (qui rapportent tant de fric)

  • TC le 14.11.2019 23:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arnaque

    Ils veulent faire quoi des 20 millions d'euros, colmater les entrées d'eau avec ce papier buvard.

Les derniers commentaires

  • Jean Némar le 15.11.2019 16:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Coûts gigantesques

    Question bateaux de croisière, jamais il ne fallait autoriser l'accostage ou le passage de ces engins à Venise. Mais voilà l'attrait financier passera toujours en premier lieu. Question "aqua alta" ce n'est pas les bateaux qui font monter le niveau de la mer. C'est les boulversements climatiques. Si on veut encore pouvoir visiter Venise dans 50 ans, il faut prendre des mesures d'urgence pour retenir ces montées de niveau. Mais là, question cout, il faudrait que monde entier participe aux frais et je ne suis vraiment pas certain qu'on y arrivera. Dommage car j'apprécie énormément cette ville et bien entendu hors carnaval car là, c'est n'importe quoi.

    • Dubayboy le 16.11.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Némar

      Pour ma part j'apprécie cette ville pour aller en croisière

  • Jean Claude lagondolle le 15.11.2019 11:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Venise , s'enlise

    pour visiter Venise dans 20 ans il faudra une tenue de plongée . y a beau dépenser des millions ça ne fera que regarder l'inévitable .

  • Vision le 15.11.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Une cité à disparaître!

    Comnent et où est-elle construite? Venise s'enfonce de plusieurs centimètres par année, pilotis et fondations sont rongés par la mer, donc à moins mettre chaques habitations sur caissons hermétiques immergés, ou refaire toutes les fondations, elle finira par coulée! Et avec la montée des océans, à moyen terme elle sera plus accessible ni vivable. Qu'ils demandent a la Mafia! Vu que c'est eux qui contrôle les entreprises.

  • mjodepoupougne le 15.11.2019 07:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    travaux imutoles ?

    Dommage d'avoir depuis 2003 fait autant de dépenses pour des protections dans l'eau qui ne fonctionnent toujours pas.ça aurait pu aider.

  • jlc le 15.11.2019 03:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mince alors...

    Je suis pas un expert...... Mais y'a des dottore, qui on fait creuser des tranchées dans la lagune pour les super pakebo.... Trop facile l. Excuse climatique...

    • J'ai LA Solution le 15.11.2019 14:38 Report dénoncer ce commentaire

      @jlc

      Pas besoin d'être ingénieur pour se rendre compte que ces paquebots seraient très utiles à Venise en les coulant au bon endroit et à la queue leu leu, formant ainsi une super digue protectrice! Quand ils arrivent, on les vide de leurs passagers et hop, au fond de l'eau! Pas de gros travaux car la digue arrive en flottant et en quelques jours tout est mis en place! Ce système a déjà été testé en 1944 en Normandie!