Mise en garde

30 août 2014 12:31; Act: 30.08.2014 12:31 Print

L'Occident prochaine cible des jihadistes

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a prévenu les pays occidentaux qu'ils seraient la prochaine cible de la menace jihadiste, en l'absence d'une réaction «rapide».

Sur ce sujet
Une faute?

Cité samedi par le quotidien saoudien Asharq al-Awsat et la chaîne de télévision Al-Arabiya à capitaux saoudiens, le souverain saoudien a précisé que «le terrorisme ne connaît pas de frontière et son danger peut toucher plusieurs pays en dehors du Moyen-Orient», où les jihadistes de l'Etat islamique (EI) sévissent avec brutalité sur les territoires conquis en Syrie et en Irak.

Le roi Abdallah, qui s'exprimait vendredi en recevant de nouveaux ambassadeurs accrédités en Arabie saoudite, dont celui des Etats-Unis, un proche allié de Ryad, a ajouté que l'inaction face à ce phénomène «est inadmissible». «Vous voyez comment ils (les jihadistes) procèdent à des décapitations et font que des enfants exhibent des têtes coupées dans la rue», a-t-il encore dit, en s'élevant contre «la cruauté» de tels actes.

«Ce n'est pas un secret pour vous, ce qu'ils ont commis et ce qu'ils vont commettre encore. Si on les néglige, je suis sûr qu'ils parviendront au bout d'un mois en Europe, et un mois plus tard en Amérique», a-t-il prévenu. «Je vous demande de transmettre ce message à vos dirigeants: (il faut) combattre le terrorisme par la force, la raison et la rapidité (requise) », a lancé le souverain à l'adresse des diplomates.

Obama reste indécis

Le président américain Barack Obama reste indécis sur des frappes aériennes contre les jihadistes de l'EI en Syrie après celles menées dans le nord de l'Irak. Son secrétaire d'Etat John Kerry a appelé à une «réaction conjuguée conduite par les Etats-Unis et la plus large coalition de nations possible».

Il a indiqué qu'il se rendrait avec le secrétaire à la Défense Chuck Hagel au Moyen-Orient, à l'issue du sommet de l'Otan prévu au Pays de Galles du 4 au 5 septembre, pour rallier davantage de soutiens «parmi les pays qui sont le plus directement menacés». «Nous ne permettrons pas au cancer de l'EI de s'étendre à d'autres pays», a-t-il estimé.

Selon Asharq Al-Awsat, le souverain saoudien a pressé les autres pays à se joindre au centre antiterroriste de l'ONU, auquel l'Arabie saoudite vient d'allouer une enveloppe de 100 millions de dollars pour dynamiser cet organisme, mis en place en 2011 afin de répondre aux nouvelles menaces.

(afp)