Guerre à Gaza

31 décembre 2008 06:40; Act: 06.01.2009 10:52 Print

L'UE réclame une trève - Israël poursuit ses frappes

Les efforts diplomatiques se sont intensifiés mardi soir pour parvenir à une trêve entre Israël et le Hamas.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'offensive israélienne contre le mouvement islamiste dans la bande de Gaza s'est cependant poursuivie durant la nuit.

A Paris, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant une "action humanitaire immédiate" et une réouverture des points de passage de la bande de Gaza vers l'Egypte et Israël. L'UE a ajouté qu'elle enverrait une délégation ministérielle "très prochainement dans la région", sans autre précision.

Simultanément à New-York, le Quartette pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté". Alors qu'à Washington, plusieurs milliers de personnes arborant les couleurs palestiniennes ont manifesté devant le département d'Etat pour réclamer l'arrêt des raids israéliens.

En Israël, le ministre de la Défense Ehud Barak est apparu favorable à une suspension des hostilités de 48 heures, qui pourrait être reconduit. M. Barak "envisage favorablement" une proposition de cessez-le-feu de 48 heures dans la bande de Gaza, a indiqué à l'AFP son porte-parole.

Mais Moshe Ronen a indiqué que cela "n'empêcherait pas Israël de préparer une offensive terrestre". Il a souligné que le ministre de la Défense avait obtenu le feu vert à la mobilisation d'un nouveau contingent de 2500 réservistes.

En soirée, le Premier ministre israélien Ehud Olmert, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense ont étudié, selon un haut responsable israélien, la question d'un cessez- le-feu. Aucune information n'a filtré sur la teneur des discussions.

La radio publique israélienne a annoncé une visite du président français la semaine prochaine en Israël et en Cisjordanie, mais aucune confirmation n'est venue de source officielle israélienne. L'Elysée a indiqué qu'il fallait "attendre l'entretien avec Tzipi Livni" qui doit être reçue jeudi à Paris par M. Sarkozy.

L'armée israélienne a pour sa part poursuivi dans la nuit de mardi à mercredi ses frappes dans la bande de Gaza. Plusieurs raids aériens et des tirs de la marine ont visé des bâtiments déjà touchés les jours précédents. Au moins un Palestinien a été tué.

Les frappes ont notamment visé les bureaux du Premier ministre, le ministère de l'Intérieur, ainsi qu'une maison dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de la ville de Gaza, a-t-on appris auprès de témoins, des services de secours et de sources du mouvement islamiste Hamas. L'armée israélienne n'a pas immédiatement confirmé ces nouvelles attaques.

Un médecin a été tué à Jabalia, et plusieurs autres personnes ont été blessées, a-t-on indiqué de source médicale, sans autre précision.

En soirée, deux roquettes de longue portée tirées par des groupes palestiniens ont atteint pour la première fois la région de Beersheva, la capitale du sud d'Israël, causant des dommages sans faire de blessé.

Plus de 370 Palestiniens, en majorité des membres du Hamas, mais aussi 39 enfants de moins de 16 ans et 13 femmes, ont été tués dans les attaques israéliennes depuis samedi, selon les services d'urgence à Gaza. Dans le même temps, près de 300 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël à partir de la bande de Gaza, selon l'armée israélienne, faisant quatre morts : trois civils et un soldat.

Israël veut en finir avec le Hamas:


(ats)