Espagne

28 juillet 2014 19:39; Act: 28.07.2014 19:44 Print

L'ancien yacht du roi va rapporter gros

Le «Fortuna», yacht dont le roi d'Espagne Juan Carlos, qui a abdiqué, avait dû se défaire en mai 2013 en pleine crise économique, va être vendu pour 2,2 millions d'euros, a annoncé lundi Fondatur, son propriétaire.

storybild

Le «Fortuna», un yacht de luxe long de 41,5 mètres, avait été offert au roi en 2000 par un groupe d'hommes d'affaires à travers Fundatur, la Fondation pour le tourisme et la culture des îles Baléares, officiellement pour s'assurer qu'il passerait ses vacances dans l'archipel et promouvoir ainsi son image touristique. (Photo: AFP/Jaime Reina)

Sur ce sujet
Une faute?

«Après avoir analysé les différentes propositions reçues ces six derniers mois, il a été décidé à l'unanimité d'accepter la proposition de Balearia Eurolineas Maritimas pour un montant de 2,2 millions d'euros», a annoncé Fundatur dans un communiqué.

«Fundatur a accepté l'offre. Il reste maintenant à formaliser l'opération», a affirmé une porte-parole de Balearia, une entreprise de transports, notamment de ferries, aux Baléares.

Le «Fortuna», un yacht de luxe long de 41,5 mètres, avait été offert au roi en 2000 par un groupe d'hommes d'affaires à travers Fundatur, la Fondation pour le tourisme et la culture des îles Baléares, officiellement pour s'assurer qu'il passerait ses vacances dans l'archipel et promouvoir ainsi son image touristique.

Entretien trop cher

Mais en mai 2013, la Maison royale avait annoncé que le souverain avait décidé de se séparer de ce bateau, d'un coût de 21 millions d'euros, dont les dépenses d'entretien n'étaient plus compatibles avec l'austérité imposée au pays par la crise.

La Maison royale avait affirmé avoir demandé aux services du Patrimoine national de procéder à la cession du bateau, rebaptisé «Foners». Mais la Fundatur avait demandé qu'il lui soit rendu. La décision de se séparer du bateau était intervenue alors que la popularité de Juan Carlos était en chute libre, affectée par le scandale de corruption qui touche sa fille, l'infante Cristina.

Les Espagnols reprochaient également au monarque, qui a abdiqué le 18 juin au profit de son fils Felipe, de s'être rendu en 2012 au Botswana pour un safari alors que le pays, en pleine récession, était soumis à une sévère cure d'austérité. Juan Carlos, dont la fin de règne a été marquée par de multiples ennuis de santé, a utilisé pour la dernière fois son yacht en août 2012.

(afp)