Soudan

11 avril 2019 13:58; Act: 11.04.2019 16:23 Print

Délire à Khartoum après la destitution du président

Au pouvoir depuis trois décennies, le président soudanais a été poussé vers la sortie et mis en prison par l'armée. La foule est en liesse.

Sur ce sujet
Une faute?

«J'annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef» (Omar el-Béchir), a déclaré dans une annonce à la télévision d'Etat Awad Ahmed Benawf, après une attente de plusieurs heures.

Tout au long de la matinée, une immense foule de Soudanais s'était en effet rassemblée dans le centre de la capitale soudanaise, anticipant l'annonce de la destitution du président honni, âgé de 75 ans et au pouvoir depuis un coup d'Etat en 1989.

«Le régime est tombé»

«Le régime est tombé, le régime est tombé!», avaient scandé, en brandissant des drapeaux soudanais, ces milliers de manifestants qui campent depuis samedi devant le QG des forces militaires.

En plein marasme économique, le Soudan est le théâtre depuis décembre de manifestations déclenchées par la décision de tripler le prix du pain. La contestation s'est vite transformée en un mouvement réclamant la «chute» de M. Béchir, qui fait par ailleurs depuis des années l'objet de poursuites internationales.

Depuis samedi, des milliers de manifestants réclamaient sans discontinuer, devant le QG de l'armée, le soutien des militaires.

«Conseil militaire de transition»

Outre la destitution du président, le ministre de la Défense a annoncé la mise en place d'un «conseil militaire de transition» pour succéder à Omar el-Béchir pour une durée de deux ans. L'espace aérien a été fermé pour 24 heures et les frontières terrestres jusqu'à nouvel ordre, a-t-il ajouté.

Un cessez-le-feu a aussi été annoncé à travers tout le pays, notamment dans les Etats en proie aux rébellions comme le Darfour (ouest), région meurtrie par les violences.

Mandat d'arrêt de la CPI

En 2009, la Cour pénale internationale (CPI), basée à La Haye, a lancé un mandat d'arrêt contre Omar el-Béchir pour «crimes de guerre» et «contre l'humanité» au Darfour, avant d'ajouter en 2010 l'accusation de «génocide». Le conflit au Darfour a fait plus de 300'000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

Peu avant l'annonce du ministre de la Défense, le puissant service de renseignements au Soudan (NISS), fer de lance de la répression des manifestations, avait fait état de la libération de tous les prisonniers politiques du pays, selon l'agence officielle Suna.

Le centre de la capitale, au sud du QG, a au gré de la matinée été envahi par une foule immense, selon un journaliste de l'AFP. Les manifestants se prenaient dans les bras, brandissaient des drapeaux soudanais et échangeaient des friandises.

Armée déployée

L'armée s'est déployée dans de nombreuses rues de la capitale, ainsi que des membres du groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide. Des foules sont aussi rassemblées dans les villes de Madani, Gadaref, Port-Soudan, Al-Obeid et Kassala, brandissant des drapeaux soudanais.

A Khartoum, les meneurs du mouvement ont appelé en cours de journée la foule à «ne pas attaquer quiconque ou les biens gouvernementaux et privés». «Quiconque fera ça sera puni par la loi. Notre révolution est pacifique, pacifique, pacifique», a martelé l'Alliance pour la liberté et le changement dans un communiqué.

En tout, 49 personnes sont mortes dans des violences liées aux manifestations depuis que ces rassemblements ont débuté en décembre, de sources officielles.

«Transition crédible»

L'étincelle de la contestation a été la décision du gouvernement de tripler le prix du pain le 19 décembre. Mardi, des capitales occidentales ont appelé les autorités à répondre aux revendications «d'une façon sérieuse».

Le pouvoir doit proposer «un plan de transition politique crédible», ont écrit les ambassades des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Norvège dans un communiqué conjoint à Khartoum.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cepamoi celui le 11.04.2019 11:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas le système.

    Omar El Bachir est tombé, pas le système.

  • krigl wurzl le 11.04.2019 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    But atteint ?

    Espérons qu'ils n'échangent pas un borgne contre un aveugle

  • Soudanais le 11.04.2019 14:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une blague à 2 balles!

    C'est une blague à 2 balles!! Celui qui a pris le pouvoir mnt et son bras droite!! N'importe quoi!!

Les derniers commentaires

  • Mekant le 11.04.2019 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne jamais dire jamais.

    Voilà ce qui arrive quand il y a une armée professionnelle. lâchez le système de milice, ramassez les armes du peuple et on pourrait aussi voir ça chez nous...

  • Majix le 11.04.2019 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On verra bien

    La carte de 79 montrait une flèche partant du Soudan et se perdait en mer à l'est... un transport, avion ou bateau se perdra bientôt?

  • André le 11.04.2019 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais la suite ?

    D'un côté c'est bien, de l'autre dépend comment ça tourne les prochains réfugiés seront Soudanais. Lorsque l'armée prend le pouvoir je n'ai aucune confiance. Et les journalistes sont toujours aussi Bisounours, les manifestants s'échangeaient des friandises, on se croirait au manège enchanté.

  • john Brique le 11.04.2019 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    entrepreneur en mur

    espérons que c'est pas l'Europe qui va en faire les frais ...

  • gag le 11.04.2019 17:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    George Clooney

    for president au Soudan ! Nan je rigole, même s'il n'a pas mal oeuvré pour faire connaître l'épouvantable marasme dans lequel était trempé le Darfour. Maintenant, espérons que ce pays ne retombe pas dans une autre dictature, militaire... Bonne chance, les Soudanais, et laissez vos femmes s'exprimez elles-aussi, car vous avez vu le courage que cette jeune femme a eu..?