Crise coréenne

19 décembre 2011 07:32; Act: 19.12.2011 07:35 Print

L'armée sud-coréenne en état d'alerte

La Corée du Sud a placé son armée en état d'alerte et renforcé la surveillance de sa frontière ultra-sécurisée avec la Corée du Nord après l'annonce lundi du décès du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il

Sur ce sujet
Une faute?

Séoul a également demandé à son allié américain, qui maintient 28'500 soldats sur son sol, d'accroître la surveillance par satellite et avion, a précisé un porte-parole de l'Etat-major des armées sud-coréennes.

Aucune activité inhabituelle n'a été observée dans les heures qui ont suivi l'annonce de la mort de Kim, lundi à 12H00 locales (03H00 GMT).

Le président sud-coréen Lee Myung-bak a annulé tous ses rendez-vous et convoqué un Conseil de sécurité national à la «Maison Bleue», nom de la résidence présidentielle. «Tous les fonctionnaires de la Maison Bleue sont placés en état d'alerte», a indiqué son porte-parole.

«La surveillance et la sécurité des zones frontalières ont été renforcées. Nous sommes très attentatifs à tout mouvement de l'armée du Nord», a souligné à l'AFP un porte-parole du ministère de la Défense.

«Tous les commandants sont en alerte et le Sud et les Etats-Unis accentuent leur partage de renseignement militaire», a-t-il ajouté.

Les deux Corées restent techniquement en état de conflit armé depuis l'armistice précaire signé à l'issue de la guerre de Corée (1950-53).

Les relations déjà exécrables entre les deux Corées se sont détériorées en mars 2010 lorsque Séoul a accusé le Nord d'avoir torpillé une corvette militaire, tuant 46 marins.

Pyongyang a toujours démenti être à l'origine de ce torpillage. Mais l'artillerie nord-coréenne bombardait quelques mois plus tard, en novembre, une île sud-coréenne proche de leur frontière maritime commune, faisant quatre morts, dont deux civils.

Une grande partie des troupes nord-coréennes --fortes d'1,1 million d'hommes-- est stationnée le long de la frontière délimitarisée, la DMZ.

Cette bande de terre de 2 km en réalité ultra-sécurisée s'étend de chaque côté de la ligne de démarcation, longue de 240 km. Elle consacre depuis 1953 la partition entre un Nord communiste et un Sud capitaliste.


L'armée sud-coréenne compte 650'000 hommes.

(afp)