Bolivie

12 novembre 2019 12:00; Act: 12.11.2019 19:17 Print

L'ex-président Evo Morales a atterri au Mexique

Le dirigeant bolivien déchu a commencé son exil mexicain mardi, après une brève escale au Paraguay.

Sur ce sujet
Une faute?

L'avion militaire mexicain qui transportait l'ancien président bolivien Evo Morales a atterri mardi au Mexique, selon les images diffusées par les télévisions locales. «La lutte continue», a-t-il lancé en affirmant qu'il ne cesserait pas de «faire de la politique».

«Tous les peuples ont le droit de se libérer», a-t-il dit. Morales, qui a obtenu l'asile politique au Mexique, a déclaré mardi en arrivant à Mexico que «la lutte continue». Il devait être accueilli par le chef de la diplomatie mexicaine Marcelo Ebrard.

Bolivie: tensions après le 1er tour de la présidentielle

L'avion transportant l'ex-président bolivien Evo Morales, en route pour le Mexique qui lui a offert l'asile, a fait escale mardi à l'aéroport d'Asuncion, avant de reprendre sa route vers Mexico, a-t-on annoncé de source officielle paraguayenne.

«La lutte continue»

Le Gulfstream G-550 des forces aériennes mexicaines, qui avait atterri à 01h35 (05h35 en Suisse) dans la capitale paraguayenne pour reprendre du combustible et préparer sa feuille de route pour la suite du voyage, a redécollé à 05h00 en direction de Mexico, a précisé le ministre de l'Intérieur paraguayen, Euclides Acevedo. M. Morales est accompagné de son fils et de l'ex-vice-président Alvaro García.

Après trois semaines de violente contestation contre sa réélection à un quatrième mandat fin octobre, Evo Morales a annoncé sa démission, lâché par l'armée. Il était le plus ancien dirigeant en exercice d'Amérique latine, au pouvoir depuis 2006.

«Frères et soeurs, je pars pour le Mexique», a twitté lundi le dirigeant socialiste. «Cela me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques, mais [...] je reviendrai bientôt avec plus de force et d'énergie», a-t-il promis.

La crédibilité du scrutin présidentiel du 20 octobre était contestée à la fois par l'opposition et la communauté internationale, qui évoquaient des fraudes.

(nxp/ats)