Wikileaks

30 avril 2019 01:00; Act: 30.04.2019 01:00 Print

L'avocat d'Assange porte plainte

Le fondateur de Wikileaks, par son avocat, accuse l'ambassadeur d'Equateur à Londres de la fuite d'informations privées.

Une faute?

L'avocat de Julian Assange a porté plainte lundi contre l'ambassadeur d'Equateur à Londres pour la fuite d'informations privées sur le fondateur de WikiLeaks. Quatre employés chargés de la surveillance de l'ambassade dans la capitale britannique sont aussi visés.

La plainte, déposée auprès du parquet à Quito, concerne aussi cinq Espagnols, qui «en apparence n'avaient aucune relation avec l'ambassade», a expliqué l'avocat, mais qui ont exigé de fortes sommes d'argent de WikiLeaks pour ne pas laisser filtrer l'information sur son client.

«Nous déposons une plainte pour délits présumés commis à l'intérieur de l'ambassade, surtout la fuite de données, d'écoutes et aussi la divulgation de données, tant audio que vidéo, ainsi que de milliers de documents» de Julian Assange, a ajouté le défenseur.

Sept ans reclus dans l'ambassade

La législation équatorienne prévoit des peines allant jusqu'à trois ou cinq ans de prison pour chacun de ces délits. Julian Assange, 47 ans, a reçu l'asile à l'ambassade équatorienne de Londres durant près de sept ans, jusqu'à son expulsion et son arrestation le 11 avril.

Ses avocats en Europe ont annoncé samedi avoir également porté plainte à Madrid contre «un groupe d'Espagnols soupçonnés d'avoir mené une tentative d'extorsion», ainsi que contre des employés de l'ambassade et du ministère équatorien des affaires étrangères, «qui pourraient avoir une responsabilité» dans cette affaire, selon une source au sein de la défense.

Les Espagnols exigeaient la «remise de trois millions d'euros pour la remise de cette information» à WikiLeaks, a précisé l'avocat équatorien, ajoutant que les documents concernaient «les stratégies juridiques et des rapports médicaux de M. Assange».

Le fondateur de WikiLeaks s'était réfugié en 2012 à l'ambassade d'Equateur pour échapper à un mandat d'arrêt diffusé à la suite d'accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède, qu'il a toujours niées. Il fait également face à une demande d'extradition des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense.

(nxp/ats)