Etats-Unis

26 février 2018 22:47; Act: 26.02.2018 23:49 Print

L'égérie anti-armes 2 fois plus populaire que la NRA

A 18 ans, Emma Gonzalez, rescapée de la fusillade de Parkland, est devenue un symbole de la lutte contre les armes aux Etats-Unis, a désormais deux fois plus d'abonnés sur Twitter que le puissant lobby des armes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Cheveux rasés et émotivité communicative, Emma Gonzalez avait touché de nombreux Américains en scandant «Honte à vous» lors d'un rassemblement contre les armes à feu en Floride, trois jours après la fusillade de Parkland (Floride) dont elle était une survivante.

Elle avait écrit son discours dénonçant l'inaction de Donald Trump et d'autres responsables politiques, juste avant de prendre la parole. La jeune femme de 18 ans, dont la famille est d'origine cubaine, a initié avec ses camarades le projet d'un grand rassemblement à Washington le 24 mars.



«A ce stade, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous», a-t-elle lancé, alors que la «Marche pour nos vies» a déjà reçu au moins 2 millions de dollars de dons, venant notamment de stars comme les époux George et Amal Clooney, la présentatrice Oprah Winfrey ou encore le réalisateur Steven Spielberg et sa femme Kate Capshaw.

En seulement quelques jours, Emma Gonzalez a gagné une première bataille contre la National rifle association (NRA). Inconnue jusqu'au 14 février, jour de la tuerie, la lycéenne a ensuite lancé son compte Twitter @Emma4Change (Emma pour le changement). Et celui-ci a rapidement été suivi par tous ceux qui souhaitent un contrôle des armes aux Etats-Unis. Résultat, moins de deux semaines après le drame, Emma compte près d'un million de followers, soit deux fois plus que la NRA. «Désormais, Emma Gonzalez a plus de followers que la NRA. Cela s'est produit en moins de deux semaines. Ceci est un mouvement. Ceci est le futur. Le changement, c'est maintenant», a ainsi écrit Beau Willimon, créateur de la série House of Cards.


Trump dit aux gouverneurs de ne pas avoir peur de la NRA

Par ailleurs, Donald Trump a conseillé aux gouverneurs d'une quarantaine d'Etats qu'il recevait lundi à la Maison blanche de ne pas craindre la National Rifle Association (NRA). Il a estimé que le puissant lobby des armes à feu était généralement «de leur côté».

La NRA «fait ce qu'elle croit être bien», mais «on peut aussi s'en prendre à eux de temps en temps, c'est OK», a déclaré le président américain face à ces gouverneurs, au nombre desquels figurait celui de Floride, Rick Scott.


Face aux tueries qui endeuillent le système scolaire américain, Donald Trump a suggéré d'armer les enseignants. Lundi, il n'a pas évoqué l'idée de Rick Scott, qui a suggéré vendredi de relever l'âge légal pour acheter des armes à feu, le faisant passer de 18 à 21 ans.

Le gouverneur républicain de Floride a pour sa part annoncé lundi que son Etat allait consacrer 500 millions de dollars (468 millions de francs) au renforcement des mesures de sécurité, personnel inclus, aux abords des établissements scolaires. «Je n'attends pas le gouvernement fédéral», a-t-il dit.

(cga/afp)