Ingérence russe

27 juillet 2018 05:15; Act: 27.07.2018 15:59 Print

L'ex-avocat de Trump charge le président

L'ancien avocat de président US assure que Trump a approuvé la rencontre entre son fils et une avocate russe. L'intéressé a toujours prétendu ne rien savoir de cette réunion.

storybild

Michael Cohen (à gauche), l'ancien avocat de Donald Trump, et le président (à droite). (Photo: AFP)

Une faute?

Michael Cohen, l'ancien avocat de Donald Trump, affirme que le président américain a approuvé la tenue d'une réunion pendant la campagne présidentielle entre son fils et une avocate russe, rapportent des médias américains jeudi. L'avocate offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton.

Donald Trump a toujours prétendu ne rien savoir de cette réunion, dont l'existence est avérée et pour laquelle Donald Trump Jr. a été entendu devant le congrès des Etats-Unis.

Le 9 juin 2016, Donald Trump Jr. et Jared Kushner, le gendre du président, se sont entretenus dans la tour Trump à New York avec une avocate russe, Natalia Veselnitskaya, qu'ils pensaient être une émissaire du gouvernement russe capable de fournir des informations sur Hillary Clinton, la rivale démocrate de M. Trump. Selon le clan Trump, cette rencontre n'a rien donné.

31 inculpations

Michael Cohen, ancien avocat et homme de confiance de Donald Trump, a maintenant consommé sa rupture avec le milliardaire républicain. Il assure que ce dernier était au courant de ce rendez-vous avant même sa tenue, selon CNN et NBC.

D'après ces sources, M. Cohen aurait été présent quand son client a été informé de l'offre de rencontre avec l'avocate russe, et Donald Trump aurait lui-même approuvé la tenue de la rencontre. Des sources ont toutefois indiqué à CNN que M. Cohen ne disposait pas pour étayer ses déclarations de preuves telles qu'un enregistrement audio.

Tweets décortiqués

Le procureur spécial Robert Mueller mène une enquête pour établir s'il y a eu une possible collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016. Selon CNN et NBC, qui citent des sources anonymes, M. Cohen serait prêt à répéter ses déclarations devant M. Mueller.

Robert Mueller étudie actuellement les tweets du président. Il tente de déterminer s'ils peuvent constituer une obstruction à la justice. Il s'intéresse notamment aux messages présidentiels, nombreux et souvent colériques, diffusés sur Twitter visant le ministre de la justice Jeff Sessions et l'ancien directeur du FBI, James Comey, limogé par M. Trump en mai 2017, rapporte le New York Times jeudi, citant trois sources «informées de cette affaire».

Le milliardaire républicain a coutume de s'épancher sur son réseau social favori sur l'enquête russe, qu'il considère comme «la pire chasse aux sorcières de l'histoire américaine». Sur Twitter, il a également déjà qualifié James Comey de «visqueux» et de «détraqué» et a reproché plusieurs fois à son ministre de la justice, Jeff Sessions, de s'être récusé dans cette affaire.

Numéro deux du DoJ attaqué

L'enquête de M. Mueller tente notamment de déterminer si le renvoi de James Comey, qui enquêtait sur l'ingérence russe, relève de l'obstruction de justice. Toujours dans le dossier russe, le chef de file des républicains à la chambre des représentants, Paul Ryan, s'est dit opposé jeudi à la tentative d'élus de son camp de faire limoger le numéro 2 du ministère américain de la justice Rod Rosenstein, qui supervise l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection de 2016.

Un petit groupe de partisans du président Donald Trump à la chambre des représentants a présenté une demande visant à obtenir le départ de Rod Rosenstein lundi. Ils ont argué que le ministère de la justice avait échoué à présenter des documents au congrès concernant plusieurs enquêtes, dont l'une en 2016 sur la démocrate Hillary Clinton.

La tentative d'obtenir la tête de M. Rosenstein est notamment emmenée par Jim Jordan, un élu de l'Ohio qui a annoncé jeudi qu'il se lançait dans la course pour succéder à Paul Ryan en tant que président de la chambre. M. Ryan ne se représentera pas en novembre.

(nxp/ats)