Corées

26 décembre 2011 09:01; Act: 26.12.2011 11:23 Print

L'ex-première dame de Corée du Sud à Pyongyang

Lee Hee-Ho, veuve de l'ancien président sud- coréen Kim Dae-Jung, s'est rendue lundi en Corée du Nord. Elle est à la tête d'une délégation venue rendre hommage au dirigeant Kim Jong-Il.

Sur ce sujet
Une faute?

Son mari Kim Dae-Jung avait été l'artisan d'une politique de rapprochement entre les deux Corées. Ce processus est au point mort depuis l'arrivée au pouvoir du président sud-coréen Lee Myung-Bak, et les relations entre Séoul et Pyongyang se sont fortement déteriorées.

Lee Hee-Ho et les douze membres de sa délégation doivent se recueillir à Pyongyang devant la dépouille de Kim Jong-Il, qu'elle avait eu l'occasion de rencontrer en 2000, lors du premier sommet inter-coréen depuis l'armistice de 1953.

«J'espère que ma visite en Corée du Nord contribuera à améliorer les relations Nord-Sud», a-t-elle dit selon son porte-parole Yoon Chul-Koo, qui rapportait ses propos.

L'ex-première dame de Corée du Sud doit rester deux jours du côté nord de la frontière. Elle n'assistera pas aux obsèques, prévues le 28 décembre.

Séoul n'a pas envoyé de délégation officielle aux funérailles de Kim Jong-Il. Les deux pays sont encore techniquement en guerre, et les Sud-Coréens ont besoin d'une autorisation spéciale pour se rendre en Corée du Nord.

Dix personnalités pour une transition

La Corée du Nord a désigné Kim Jong-Un «grand successeur» de son père Kim Jong-Il, décédé le 17 décembre après 17 années de pouvoir sans partage. Voici un aperçu des dix principales personnalités de cette transition.

Kim Jong-Un, 28 ou 29 ans

Le troisième et plus jeune fils de Kim Jong-Il avait été désigné en septembre 2010 général quatre étoiles et vice-président de la Commission militaire centrale du Parti des Travailleurs au pouvoir, dans le cadre du processus de succession lancé par son père.

Les médias officiels l'ont déjà appelé «commandant suprême» de l'armée et chef du parti unique depuis le décès paternel. Mais le manque d'expérience de ce jeune héritier à la personnalité peu connue font s'interroger sur la réalité du pouvoir qu'il exercera.

Jang Song-Thaek, 65 ans

Mari de la soeur de Kim Jong-Il, Kim Kyong-Hui. Tombé en disgrâce en 2004, envoyé en «rééducation» comme aciériste avant d'être réhabilité l'année suivante. Son influence a augmenté depuis sa nomination l'an passé comme vice-président de la Commission nationale de défense, une puissante agence indépendante. Il dirige aussi le service administratif du Parti des Travailleurs, poste d'observation privilégié de ses arcanes. Il pourrait servir de «régent» à Kim Jong-Un.

Kim Kyong-Hui, 65 ans

Au coeur du pouvoir depuis 40 ans, elle dirige actuellement les services du Parti pour l'industrie légère. En septembre 2010, elle fut promue au grade de général quatre étoiles et membre du bureau politique du Parti, dans le cadre du renforcement de l'influence familiale en soutien au successeur Kim Jong-Un. Elle devrait jouer un rôle majeur, aux côtés de son mari, pour tenter d'assurer une transition stable au sein de la dynastie Kim, débutée par le grand-père de Kim Jong-Un, le fondateur de la Corée du Nord communiste Kim Il-Sung.

Ri Yong-Ho, 69 ans

Vice-maréchal apprécié du feu Kim Jong-Il qu'il accompagnait souvent dans ses tournées sur le terrain. Promu chef d'état major des forces armées l'an passé, après avoir dirigé la garde de la capitale Pyongyang. Comme Kim Jong-Un, il est vice-président de la Commission militaire centrale du Parti des Travailleurs.

Kim Yong-Chun, 75 ans

Ministre des Forces armées et vice-président de la puissante Commission nationale de défense. Très influent auprès de Kim Jong-Il, son poids pourrait toutefois être plus réduit auprès de Kim Jong-Un.

O Kuk-Ryol, 80 ans

Vice-président de la Commission nationale de défense. Dispose d'un grand pouvoir sur les services de renseignements.

Kim Yong-Nam, 83 ans

En tant que président du Présidium de l'Assemblée populaire suprême, le Parlement de la Corée du Nord, il occupe le poste honorifique de chef de l'Etat. Son expérience diplomatique pourrait être utile dans les négociations à venir avec l'étranger.

Choe Yong-Rim, 85 ans

Ancien chef du Parti des Travailleurs pour Pyongyang, nommé Premier ministre en juin 2010 et réputé proche de Kim Jong-Un. Fils d'un combattant antijaponais, frère d'armes du fondateur du pays Kim Il-Sung, il bénéficiait de la confiance de Kim Jong-Il. Son expérience gouvernementale pourrait être cruciale pour permettre le succès de la transition.

Kim Yong-Il, âge incertain

Directeur du Département des affaires internationales du Parti des Travailleurs, un poste important dans les relations avec le Parti Communiste de la Chine voisine, alliée et soutien crucial du régime de Pyongyang.

Ri Myong-Su, âge incertain

Ministre de la Sécurité, général disposant d'une expérience opérationnelle dans les armées de terre, de l'air et la marine. Rompu à gérer les menaces internes et externes perçues pour la sécurité du pays.

(ats/afp)