Incident grave

18 juillet 2018 16:49; Act: 19.07.2018 10:21 Print

L'explosion d'un avion cargo évitée de peu

Un Boeing 747 de la compagnie de fret luxembourgeoise Cargolux a frisé la catastrophe en mars 2017 à Prestwick (Ecosse). L'incident vient juste d'être révélé.

storybild

À Prestwick, le kérosène a temporairement dû être collecté dans des conteneurs à déchets. (photo: AAIB-Report Boeing 747-8R7F, LX-VCF 07-18)

Une faute?

Ce devait être un vol cargo tout à fait normal de Houston à Luxembourg via Prestwick. Au cours de l'escale en Écosse, les trois membres de l’équipage du Boeing 747-8 de la compagnie aérienne de fret luxembourgeoise Cargolux remarquent une forte odeur de kérosène. De son côté, un agent d’expédition constate un bruit de clapotis provenant de la cale, au moment de monter à bord. En cause: un hélicoptère arrimé qui avait manifestement perdu une grande quantité de carburant.

Les pilotes ont immédiatement coupé tous les systèmes, ouvert quelques portes pour la ventilation et se sont mis en sécurité. Avant même leur arrivée devant le gros-porteur de Cargolux, les pompiers ont constaté que du carburant s’écoulait de l’arbre du train d’atterrissage sur la piste de l’aéroport.

Des vapeurs de kérosène hautement inflammables

La concentration de kérosène dans l’air était déjà telle qu’il y avait un risque élevé d’explosion. Au total, 332 litres s’étaient écoulés de l’hélicoptère. Le problème a été classifié comme incident grave par l'organisme britannique chargé des enquêtes sur les accidents aériens AAIB (Air Accidents Investigation Branch). L’hélicoptère était rempli de carburant durant le transport, ce qui est contraire à toute réglementation. Difficile de clarifier pourquoi la règle a été contournée. Ni le vendeur, ni le transporteur mandaté ne se sont estimés responsables. Des informations faussées sur la cargaison exacte et son état seraient à l’origine de ce grave incident.

Interrogée par nos confrères de «L'essentiel», Cargolux n'a pas cherché à minimiser les faits: «Nous prenons ce genre d’incident très au sérieux, car la sécurité est notre priorité absolue. Dans ce cas précis, nous nous sommes une nouvelle fois assurés de la conformité de tous nos processus aux normes et procédures. En dépit de cela, nous avons introduit des procédures supplémentaires pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise à l’avenir».

On n'a jusqu'à aujourd'hui pas pu déterminer la cause exacte de la fuite de kérosène. Étant donné que ce dernier s'était répandu dans toute la cale, il a fallu déployer les gros moyens pour nettoyer l'appareil. Le revêtement et une partie des éléments au sol ont dû être remplacés, et l'électronique a également été endommagée.

(Dustin Mertes)