Etats-Unis

15 septembre 2019 22:37; Act: 16.09.2019 07:07 Print

L'histoire secrète des animaux espions de la CIA

Chats, dauphins et corbeaux: l'agence de renseignement américaine a fait de nombreux tests durant une décennie pour utiliser des animaux à son profit.

storybild

A une époque, la CIA possédait des centaines de pigeons. (Photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Au début de l'année 1974, Do Da était le premier de sa classe d'espionnage, prêt à devenir un agent de haut vol de la CIA: ses performances étaient meilleures lorsqu'il était sous pression, il pouvait porter plus de poids que les autres, et semer ceux qui l'attaquaient.

Mais lors du test le plus ardu de son entraînement, il disparut, vaincu par deux autres spécimen de son espèce -- des corbeaux. Les oiseaux ont longtemps été une figure centrale d'un programme de la CIA visant à entraîner des animaux afin d'aider Washington à vaincre l'Union soviétique durant la Guerre froide.

Jeudi, la puissante agence de renseignement a publié des dizaines de dossiers sur ces tests, qui se sont étendus sur une décennie et ont concerné chats, chiens, dauphins et toutes sortes d'oiseaux.

La CIA étudiait la façon dont les chats pouvaient être utilisés comme des outils d'écoute itinérants -- des «véhicules de surveillance audio». Elle a également essayé de placer des implants dans le cerveau de chiens pour voir s'ils pouvaient être contrôlés à distance. Aucune de ces tentatives n'est allée très loin.

Les efforts ont été plus poussés en ce qui concerne les dauphins, entraînés à devenir de potentiels saboteurs et à espionner le développement soviétique d'une flotte de sous-marins nucléaires, peut-être la plus grosse menace pour le pouvoir américain au milieu des années 1960.

Les projets Oxygas et Chirilogy cherchaient à déterminer si les dauphins pouvaient remplacer des plongeurs humains et placer des explosifs sur des navires amarrés ou en mouvement, se faufiler dans les ports soviétiques afin d'y laisser des balises acoustiques ou des outils de détection de missiles, ou encore nager aux côtés des sous-marins afin d'enregistrer leur signature acoustique. Ces programmes, eux aussi, ont été abandonnés.

«Capteurs vivants»

Mais l'imagination des responsables du renseignement s'est emballée autour des possibilités offertes par les oiseaux -- pigeons, faucons, hiboux, corbeaux, et même quelques oiseaux migratoires.

Pour ces derniers, la CIA avait recruté des ornithologues afin de déterminer quels oiseaux passaient régulièrement une partie de l'année dans une région située au sud-est de Moscou, autour de la ville de Chikhany, où les soviétiques possédaient des usines d'armes chimiques.

L'agence voyait les oiseaux comme des «capteurs vivants» qui, grâce à la nourriture ingurgitée, révéleraient dans leur chair quelles substances les Russes étaient en train de tester.

Au début des années 70, la CIA s'est tournée vers les rapaces et les corbeaux, dans l'espoir qu'ils puissent être entraînés pour des missions telles que déposer un micro enregistreur sur le rebord d'une fenêtre.

Pour un projet nommé Axiolite, des entraîneurs basés sur une île du sud de la Californie apprenaient aux oiseaux à voler sur des kilomètres au-dessus de l'eau.

Si un candidat s'en sortait bien, il était ensuite choisi pour être introduit clandestinement en territoire soviétique, relâché discrètement avec une caméra accrochée à lui afin de réaliser des images, et revenir.

Une mission compliquée. Les cacatoès étaient intelligents mais «peut-être trop lents pour éviter les attaques» d'autres oiseaux. Deux faucons sont morts de maladie.

Le plus prometteur était Do Da, le corbeau. Très endurant, il était la «star du projet», selon les écrits d'un scientifique. Capable de déterminer la bonne altitude et les bons vents, il était assez malin pour éviter les attaques de ses congénères.

Mais sa séance d'entraînement, le 19 juin 1974, tourna mal. Il fut agressé par d'autres corbeaux, et plus jamais revu. Pour le plus grand malheur des scientifiques.

Des pigeons à Leningrad

Autre pan majeur du programme: les pigeons, utilisés depuis deux millénaires comme des messagers puis, durant la Première Guerre mondiale, pour prendre des photos. Le défi posé par cette espèce est qu'elle travaille depuis un poulailler ou un perchoir familier.

La CIA possédait des centaines de pigeons, qu'elle testait sur le territoire américain en les équipant de caméras. Bientôt, la cible fut déterminée: les chantiers navals de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) où les soviétiques construisaient leurs sous-marins nucléaires.

Mais les résultats des entraînements étaient mitigés: certains pigeons s'enfuyaient avec de coûteuses caméras et ne revenaient jamais. Les documents publiés ne disent pas si l'opération de Leningrad a effectivement été tentée. Mais un rapport de la CIA de 1978 indiquait clairement que trop de questions se posaient quant à la fiabilité des oiseaux.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lysa le 15.09.2019 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vivre et laisser vivre

    Et oui les animaux sont forts et intelligents. En plus leur capacité d'adaptation est supérieure à la nôtre. Si maintenant on pouvait les laisser vivre et surtout leur laisser l'espace nécessaire pour ce faire ça serait bien.

  • Black panther le 15.09.2019 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ou va le monde

    Et on laisse les américains poser des bouclier anti missile tout autour de la Russie, sous pretexte de protection europeene, otan etc, ces mêmes, qui ont espionné l'Europe entière, grillée, aucune action, conséquence des alliés européen. Et on S'étonne que la Russie devienne parano ?

  • Ernest le 15.09.2019 23:01 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça est vrai.

    Tout ça est vrai. Mais le plus extraordinaire c'est les gros vers de terre dressés pour creuser des galeries jusqu'au Kremlin, et poser des tout petits câbles avec des micros pour écouter Staline ! Et les Américains savaient tout ce qui se passait en URSS !!

Les derniers commentaires

  • Ben Voyons le 16.09.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pigeonnier

    "Les pigeons travaillent depuis un poulailler" un grand bravo au rédacteur !

    • réducteur le 16.09.2019 11:17 Report dénoncer ce commentaire

      @Ben Voyons

      Un réducteur diplômé peut très bien habiter et travailler dans son poulailler, et faire son élevage de pigeons dedans car c'est aussi écologique qu'économique.

  • Willy le 16.09.2019 07:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les americains

    ne sont pas les seuls. Entre les bergers Allemands porteurs de bombe pour eliminer les chars et les dauphins anglais utilises pour faire sauter les bateaux, il y avait pas mal de sacrifiés.

  • Albert Smith le 16.09.2019 07:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça me rappelle la bombe

    americaine faites de milliers de chauve souris chacune portant une mini bombe incendiaire pour mettre le feu aux villes japonaises pleines de civils.

    • Karl G le 16.09.2019 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Albert Smith

      Vous oubliez les tentatives faites aux Usa pour faire piloter les bombes par des oiseaux durant la Ww2, la precision a l epoque etant catastrophique.

  • GEpsg19 le 16.09.2019 05:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Être humains !!!

    maintenant on est espionné en directe et au quotidien.... d abord les ambassades de chaque pays soit disant amis!!! ensuite le phénomène que personne ne peut s en passer les smartphones... enfaite on est peu espion car à chaque fois on raconte notre vie on montre nos lieu, maintenant c est nous les pigeons voyageurs !!!!! Puisqu on prend tout en photo !!!!

  • Jean Doute le 16.09.2019 05:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .....

    Il n'y a pas plus intéressant comme sujet ?