Iran

18 décembre 2011 18:04; Act: 18.12.2011 21:04 Print

L'iran diffuse la vidéo d'un espion de la CIA

Les médias iraniens d'Etat ont diffusé les images montrant un agent supposé de la CIA d'origine iranienne, confessant avoir pour mission d'infiltrer le ministère des Renseignements.

Une faute?

La télévision d'Etat iranienne a diffusé dimanche des images montrant un jeune homme présenté comme un agent de la CIA, Américain d'origine iranienne, qui a été arrêté par Téhéran et confesse avoir pour «mission» d'infiltrer le ministère du Renseignement.

La chaîne a identifié l'homme comme étant Amir Mirza Hekmati, né en Arizona.

Quelques brefs extraits ont été diffusés pour annoncer une vidéo plus longue au sujet de cet homme et de son arrestation, qui doit être diffusée plus tard sur la première chaîne.

Au sujet de sa mission

Le jeune homme, rasé de près, d'apparence orientale, parle couramment farsi dans la vidéo ainsi qu'anglais avec un accent américain, et la chaîne indique qu'il parle aussi arabe.

Il s'exprimait avec une intonation naturelle, légèrement ému, et ne donnait pas l'impression de lire ses déclarations.

Dans la vidéo, l'homme parle de sa «mission» présumée, indiquant qu'il devait transmettre aux Iraniens des informations copiées à partir d'un site de la CIA, pour attirer leur attention.

Cursus militaire

«J'ai rejoint l'armée en 2001 à la fin de mon cursus au lycée et j'ai été entraîné dans différents domaines militaires et du renseignement», a-t-il déclaré.

«Quand ils ont découvert que je parlais un peu farsi et arabe, ils m'ont dit nous aimerions que tu ailles dans telle école pour apprendre l'arabe », a-t-il ajouté.

«Leur projet était de donner d'abord des informations de valeur» aux dirigeants du ministères iranien du Renseignement, pour les pousser «à me contacter», raconte-il.

Sous contrat avec l'armée

Une carte professionnelle a été filmée, identifiant son propriétaire comme «Army contractor» (sous contrat avec l'armée), avec un aigle en emblème et les mots «Overseas MWR Commissary».

Cette carte semble destinée à permettre l'accès aux installations commerciales et sportives des bases américaines, gérées par un service du secrétariat américain à la Défense connu sous le nom de «Morale, Welfare and Recreation (MWR)» (Moral, Bien être et Loisirs).

Plusieurs photos

Plusieurs photos de M. Hekmati ont également été diffusées, dont certaines le présentant en uniforme militaire et d'autres en tenue traditionnelle arabe.

Le ministère avait annoncé samedi l'arrestation d'une personne «d'origine iranienne» travaillant pour la CIA avec la mission d'infiltrer les services secrets iraniens.

Entrainement

Il a été identifié par les services de renseignement iraniens alors qu'il recevait un entraînement sur la base américaine de Bagram, en Afghanistan, et arrêté dès son entrée en Iran, avait ajouté le ministère sans préciser la date ni les circonstances de cette arrestation.

«Je travaillais pour un centre d'espionnage à Bagram et j'ai fait plusieurs voyages, dont un de Bagram à Dubaï. Je suis resté deux jours à Dubaï avant d'acheter un billet et d'aller à Téhéran», a poursuivi M. Hekmati.

Lié au Pentagone

Selon la télévision iranienne, le jeune homme a travaillé de 2005 à 2007 pour l'Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DRAPA) liée au Pentagone.

Il a ensuite fait partie de l'entreprise de jeux vidéo Kuma Games, spécialisées dans les jeux de guerre, selon la chaîne, qui affirme que cette entreprise a été fondée par la CIA pour influencer l'opinion publique via les jeux vidéo.

Il aurait ensuite travaillé pour l'entreprise de renseignement Cubic, puis le groupe britannique de défense BAE Systems.

Espions arrêtés

Le régime iranien annonce régulièrement l'arrestation d'«espions» ou de «saboteurs» travaillant pour les Etats-Unis ou Israël, ses ennemis jurés dans la région, mais les autorités fournissent généralement très peu d'indications précises sur les faits qui leur sont reprochés.

Récemment, l'Iran a affirmé avoir intercepté un drone très sophistiqué de la CIA, qui avait violé son espace aérien.

(afp)