Proche-Orient

30 décembre 2008 06:26; Act: 30.12.2008 09:52 Print

L'offensive israélienne est entrée dans son 4e jour

La plus sanglante offensive lancée par Israël depuis 1967 est entrée dans son quatrième jour.

Sur ce sujet
Une faute?

Des avions de combat israéliens ont tué mardi dix Palestiniens en lançant des frappes contre des symboles du pouvoir exercé par le Hamas dans le territoire.

Ces nouvelles frappes ont détruit cinq édifices ministériels ainsi qu'une partie de l'Université islamique, ont rapporté des témoins. Les bombardements ont plongé Gaza dans le noir alors que des détonations retentissaient dans plusieurs secteurs de la ville. Un centre sportif du Hamas ainsi que deux camps d'entraînement du parti islamiste ont également été détruits.

Parmi les cibles de cette nouvelle nuit d'attaques, pour la plupart concentrées dans la ville de Gaza, figurent le siège du Premier ministre, les ministères de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances ainsi que l'Université islamique déjà frappée la veille, selon des responsables du Hamas et des témoins.

Civils

Parmi les dix tués figurent des membres des forces de sécurité ainsi que des civils, indiquait-on de source médicale. Des témoins ont en outre indiqué que les secours s'efforçaient de dégager plusieurs corps piégés sous les décombres.

Le bilan côté palestinien s'élève désormais à 345 morts et plus de 800 blessés, indiquent les services médicaux du territoire côtier. Selon l'agence de l'Onu chargée des réfugiés palestiniens, au moins 62 civils figurent au nombre des morts. D'autres sources font état de la mort de 360 Palestiniens.

Roquettes

Ces nouveaux bombardements sont intervenus quelques heures après la mort de trois Israéliens, tués dans le sud de l'Etat juif par des roquettes tirées de la bande de Gaza. Tsahal a de plus poursuivi l'envoi de blindés et de soldats le long de la frontière.

Lundi, l'armée israélienne avait élargi son action aux infrastructures politiques du Hamas en bombardant le ministère de l'Intérieur, qui coordonne l'action de 13 000 membres des forces de sécurité du parti. Personne n'a péri dans cette attaque, le bâtiment ayant été évacué.

Guerre totale

"Nous sommes en guerre totale avec le Hamas et leurs pareils", a déclaré lundi le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, justifiant ce déchaînement de violence sans précédent dans le territoire depuis la guerre de 1967.

Le vice-Premier ministre Haïm Ramon, N.2 du gouvernement, a affirmé que "le but de l'opération est de faire tomber le régime" du mouvement islamiste, alors que le chef d'état-major adjoint israélien, le général Dan Harel, assurait qu'"après l'opération, il ne restera plus aucun bâtiment du Hamas debout à Gaza".

(ats)