Cuba

30 novembre 2016 14:48; Act: 01.12.2016 08:37 Print

L'urne de Castro part pour son dernier voyage

Les cendres sont contenues dans un coffre de cèdre, enveloppé d'un drapeau cubain et protégé sous une boîte de verre.

Voir le diaporama en grand »
Le 6 février 1959, Fidel Castro s'adresse à la foule après la chute du régime Batista. Lancée en août de l'année précédente, l'offensive générale se soldera par l'effondrement du régime de Batista le 1er janvier 1959. Le 8 janvier, entouré de ses «barbudos» - son frère Raul, «Che» Guevara, le charismatique Camilo Cienfuegos -, Fidel Castro fait une entrée triomphale à La Havane. Le père de la Révolution cubaine est décédé vendredi soir à La Havane à l'âge de 90 ans. Symbolisant les espoirs du Tiers-Monde et des mouvements de libération au début de sa Révolution en 1959, le «Barbudo» en treillis vert olive s'était peu à peu transformé en dirigeant autoritaire et dogmatique, refusant toute libéralisation et mettant au pas toute opposition. Dès le coup d'État du général Fulgencio Batista en 1952, il organise la lutte armée avec son frère Raul. Le 26 juillet 1953, il tente d'attaquer la caserne Moncada à Santiago de Cuba (est), mais échoue. Arrêté et condamné à 15 ans de prison, il est amnistié puis libéré deux ans plus tard. «Conformément à la volonté exprimée par le camarade Fidel, sa dépouille sera incinérée dans les premières heures» de la journée de samedi, a annoncé l'actuel président cubain à la télévision. Premier ministre en février 1959, Castro concentre tous les pouvoirs avant de fonder un nouveau Parti communiste de Cuba en 1965, parti unique jusqu'à aujourd'hui. Il en a laissé le poste de premier secrétaire à son frère Raul en avril 2011. En 1961, Castro proclame le «caractère socialiste» de la Révolution lors de la tentative d'invasion d'exilés cubains, soutenus par la CIA, de la baie des Cochons. Les Américains, qui imposent toujours aujourd'hui un embargo à l'île, ne lui ont jamais pardonné d'avoir mis le monde en 1962 au bord du conflit atomique en permettant aux Soviétiques de déployer des missiles nucléaires à Cuba, à moins de 200 km de leurs côtes. En dépit de l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, qui l'a privé d'un bailleur de fonds et allié inégalé, il est parvenu à se maintenir à la tête de son pays, continuant à tenir tête à Washington et refusant tout assouplissement de son régime. Le 31 juillet 2006, il avait dû, à la suite d'une grave opération, céder le pouvoir à son frère Raul, son indéfectible ministre de la Défense et numéro deux du régime, d'abord de façon provisoire puis définitive en février 2008. En 2015, il a rencontré le Pape François. En juin 1998 il avait rencontré le pape Jean-Paul II à La Havane. En mars 2012, il s'était entretenu avec Benoît XVI, toujours à Cuba. Image de Fidel Castro et le leader soviétique Mikhail Gorbachev en train de s'échanger des documents durant une cérémonie à La Havane, en avril 1989. Rencontre avec Kofi Annan, secrétaire des l'ONU, en avril 2000, à La Havane. En avril 2000, Fidel Castro a rencontré l'activiste et homme d'État palestinien Yasser Arafat. Avec la légende argentine Diego Armando Maradona, en octobre 2005, toujours à Cuba. En août 2006, Castro avait rencontré le président vénézuélien Hugo Chavez... ...avec qui il a d'ailleurs joué au baseball, en octobre 2000. On se souvient notamment que les deux avaient beaucoup plaisanté pendant la partie. Au mois d'août 2016, Fidel Castro avait fêté ses 90 ans. Les Cubains avaient repeint les rues de La Havane en l'honneur de l'anniversaire de Castro. L'un des derniers clichés de Fidel Castro en vie, le 22 septembre 2016. Un petit signe complice vers une femme qui lui a visiblement tapé dans l'oeil (octobre 2005). Et un petit four rire, en décembre 2005, lors de la dernière réunion de l'année au parlement cubain. FILE - In this July 26, 2006 file photo, Cuba's leader Fidel Castro gestures as he addresses a crowd of Latin American students gathered for the anniversary of the attack on the Moncada barracks in Pedernales, Cuba. Castro has died at age 90. President Raul Castro said on state television that his older brother died late Friday, Nov. 25, 2016. (AP Photo/Javier Galeano, File)

Sur ce sujet
Une faute?

L'urne funéraire contenant les cendres de Fidel Castro a quitté mercredi matin La Havane pour un voyage de quatre jours à travers Cuba. Elles seront enterrées dimanche à Santiago de Cuba, berceau de la révolution, au sud-est de l'île.

Après deux jours d'hommages sur la place de la Révolution, les cendres ont entamé sur une remorque militaire le trajet effectué dans le sens inverse par Fidel Castro au moment de la victoire de sa guérilla en 1959. Elles sont contenues dans un coffre de cèdre, enveloppé d'un drapeau cubain et protégé sous une boîte de verre.

«Caravane de la liberté»

Le convoi s'est ébranlé à 07h16 (13h16 en Suisse) depuis le ministère des Forces armées en présence de membres du gouvernement, de dignitaires du parti communiste et de la veuve de Fidel Castro, Dalia Soto del Valle. Des centaines de milliers de Cubains massés le long de cordons de sécurité ont agité des drapeaux en lançant des «Vivas!» au passage de la «Caravane de la liberté», le convoi composés de sept véhicules.

Après quatre jours de voyage et quelque 950 kilomètres parcourus, les restes de Fidel Castro seront enterrés dimanche au cimetière de Santa Ifigenia de Santiago, à côté du mausolée de José Marti, héros de l'indépendance de Cuba. Ces funérailles scelleront la fin du deuil national décrété pour neuf jours après son décès annoncé vendredi soir par son frère et successeur Raul Castro.

Les commémorations après le décès de Fidel Castro

Cuba: après la mort de Fidel Castro, les commémorations

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grog le 30.11.2016 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Castro on s'en tape!!

    Pourquoi n'ouvrez vous PAS les commentaires sur l'article: (((Impôt des frontaliers: 282 millions versés à la France))) plutôt que de nous parler de cet immonde dictateur le 20 min!

  • SteK le 30.11.2016 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sincèrement ?

    On s'en fout. Dépenser de l'argent d'un pays déjà suffisamment en souffrance à tout point de vue, et d'une population marquée à jamais par des années d'oppression, pour que les cendres de celui qui a causé tous leurs malheurs puissent les arnaquer et en profiter jusqu'au bout, est une grosse foutaise d'un pathétique incommensurable !!!

  • David Yess le 30.11.2016 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nuances

    Vous y connaissez quelque chose à l'histoire cubaine ? Vous savez comment vit le peuple cubain aujourd'hui ? Avez-vous seulement voyagé à Cuba ailleurs qu'à Varadero une fois dans votre vie ? Dans ce monde ne vous déplaise, tout n'est pas noir ou blanc mais parcouru de nuances. Mais pour les saisir il faut un peu d'ouverture d'esprit. À bonne entendeur.

Les derniers commentaires

  • David Yess le 30.11.2016 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nuances

    Vous y connaissez quelque chose à l'histoire cubaine ? Vous savez comment vit le peuple cubain aujourd'hui ? Avez-vous seulement voyagé à Cuba ailleurs qu'à Varadero une fois dans votre vie ? Dans ce monde ne vous déplaise, tout n'est pas noir ou blanc mais parcouru de nuances. Mais pour les saisir il faut un peu d'ouverture d'esprit. À bonne entendeur.

  • tonton jack le 30.11.2016 17:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    grande

    repose en paix compañero Fidel tu étais le meilleur des révolutionnaires

  • Flooo le 30.11.2016 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    Fidel !

    Pour toujours dans nos coeurs 3

  • SteK le 30.11.2016 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sincèrement ?

    On s'en fout. Dépenser de l'argent d'un pays déjà suffisamment en souffrance à tout point de vue, et d'une population marquée à jamais par des années d'oppression, pour que les cendres de celui qui a causé tous leurs malheurs puissent les arnaquer et en profiter jusqu'au bout, est une grosse foutaise d'un pathétique incommensurable !!!

  • Grog le 30.11.2016 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Castro on s'en tape!!

    Pourquoi n'ouvrez vous PAS les commentaires sur l'article: (((Impôt des frontaliers: 282 millions versés à la France))) plutôt que de nous parler de cet immonde dictateur le 20 min!