Affaire Khashoggi

23 novembre 2018 20:00; Act: 23.11.2018 21:53 Print

La Chambre des représentants va enquêter

Donald Trump a promis mardi de rester un «partenaire indéfectible» de l'Arabie saoudite. Ces propos n'ont pas plu à tout le monde.

Sur ce sujet
Une faute?

La commission du Renseignement de la Chambre des représentants américaine va enquêter sur l'attitude de Donald Trump à l'égard de l'Arabie saoudite après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, a promis le député démocrate Adam Schiff. Ce dernier devrait en prendre la présidence.

L'enquête portera sur les conclusions des services de renseignement américains et, plus largement, sur les relations entre Ryad et Washington, la guerre au Yémen, le rôle de la famille régnante et la liberté d'expression, précise-t-il dans un entretien publié vendredi par le Washington Post.

Adam Schiff, numéro un du groupe démocrate à la commission du Renseignement, devrait en prendre la présidence en janvier, à l'ouverture de la nouvelle législature élue lors le 6 novembre. Son parti est devenu majoritaire à la Chambre, mais les républicains le restent au Sénat.

«Nous allons certainement nous pencher un peu plus sur le meurtre de Khashoggi», dit-il. «Nous voudrons examiner ce que les services de renseignements savent à propos du meurtre.»

«Partenaire indéfectible»

Donald Trump a promis mardi de rester un «partenaire indéfectible» de l'Arabie saoudite, tout en admettant que le prince héritier Mohamed ben Salman, qui exerce le pouvoir de facto, ait pu être au courant du complot contre le journaliste.

Selon les conclusions de la CIA, rapportés en fin de semaine dernière par le Washington Post, il a lui-même ordonné son assassinat, commis le 2 octobre au consulat saoudien d'Istanbul.

«Il y a toute une série de conflits d'intérêts financiers et de problèmes de revenus que le Congrès va devoir examiner en profondeur. Si les investissements étrangers dans les entreprises de Trump déterminent la diplomatie américaine aux dépens des intérêts nationaux, il faut tirer ça au clair», ajoute Adam Schiff.

(nxp/ats)